Un jeune de 19 ans a été séquestré dans une maison à Triolet mardi par un ami qui a sollicité des faveurs sexuelles pour sa libération. Mais finalement, le suspect l’a laissé partir après qu’il a appelé un proche.

Dans une déposition à la police, le plaignant relate qu’il était à un arrêt d’autobus, à Terminus, dans la localité quand il a rencontré son camarade. Ce dernier lui a proposé de payer son ticket car ils devaient tous deux s’arrêter au même endroit, à Shivala Road. Mais une fois à destination, le suspect a prétendu avoir oublié son portable et il a demandé au jeune homme de lui prêter le sien pour faire un appel. Une fois l’appareil en main, il a couru vers sa maison.

Le plaignant l’a suivi et il est entré à l’intérieur pour reprendre son portable. Il avance que son ami a alors fermé les portes et les fenêtres pour l’empêcher de quitter les lieux. Par la suite, il lui a demandé de lui remettre sa carte bancaire.

Face au refus du plaignant, le suspect l’a giflé avant de menacer de l’agresser sexuellement. « Si to pa donn mwa to kart, mo pou viol twa », a-t-il lancé.

Le jeune homme lui a demandé de le laisser partir, mais son agresseur a dit qu’il souhaitait avoir des rapports sexuels avec lui. Pour éviter ce scénario, le plaignant lui a alors remis sa carte bancaire pour l’amadouer, tout en donnant un faux numéro secret (PIN code). Le suspect lui a retourné le téléphone portable, mais devait l’empêcher de quitter la maison.

Profitant d’un moment d’inattention, la victime a pris contact avec un proche pour lui raconter sa mésaventure. En l’entendant parler au téléphone, le suspect l’a laissé partir tout en lui ordonnant de ne rien raconter à personne de cet incident au risque de représailles.

Le jeune homme s’est rendu immédiatement à la police pour le dénoncer. Il dit n’avoir pas subi de blessure pendant qu’il était séquestré et devait décliner toute assistance médicale. La CID de la région a pris l’affaire en main et compte convoquer le suspect pour des explications.