Ashock Jugnauth, leader de l’Union Nationale et membre de l’Alliance du Coeur MMM-UN-MMSD, est catégorique : il est hors de question pour lui de voir le MSM, et plus particulièrement Pravind Jugnauth, décider de son sort. C’est ce qu’il a déclaré au cours d’une rencontre avec la presse, vendredi après-midi, dans les locaux de son cabinet.
Si dans un premier temps, Ashock Jugnauth était d’accord pour retrouver sir Anerood autour d’un « thé de réconciliation », il s’est dit toutefois « surpris » d’apprendre que ce sont Paul Bérenger et Pravind Jugnauth qui auront la responsabilité de la répartition les tickets en cas d’élections générales. Voulant à tout prix rester dans la circonscription N° 8, dans laquelle il a toujours été candidat, et soutenant ne pas être « un prostitué politique », il juge donc inconcevable l’éventualité de changer de fief. Il affirme également qu’il est hors de question pour lui de se retrouver comme colistier de Pravind Jugnauth au sein du Remake 2000.
Après avoir, dit-il, multiplié les rencontres avec Paul Bérenger, dont la dernière a eu lieu vendredi matin, il estime que le leader mauve et son parti sont « suffisamment forts » et ne doivent pas « s’abaisser » devant le MSM. « À mon avis, il ne faut pas aller vers un Remake 2000. D’ailleurs, j’ai demandé à Paul Bérenger de s’abstenir de discuter de mon sort avec SAJ. L’Union Nationale ira seule aux élections, et je serai candidat au N° 8 », soutient-il. « Ce n’est pas à Paul de mendier, de se ridiculiser et de se rendre cheap. Bien au contraire.
C’est Pravind Jugnauth qui devrait le faire », a-t-il poursuivi.