« L’amour est la meilleure musique sur la partition de la vie. Sans lui, l’on est qu’un éternel désaccord dans l’immense chœur de l’humanité » – Roque Schneider.

GÉRARD TADDEBOIS

Ces derniers jours, on ne cesse de se faire happer par ce brouhaha de dénigrements et de glorifications qui aspire l’actualité. Comme le souligne si bien ce grand sage qu’est Wayne Dyer : « Le problème est que nous n’avons pas appris à nous aimer les uns les autres. » Au fait, nous n’avons pas compris ce que les Indiens Sioux voulaient dire par « aucun arbre n’est assez stupide pour laisser ses branches se battre entre elles ». Nous devons comprendre que l’arbre mourra s’il laisse ses branches se battre entre elles et que nous sommes tous issus du bourgeon d’un même arbre qu’on appelle HUMANITÉ. Pour notre réalité indissociable à notre avenir, j’associerai cette humanité à notre nation mauricienne. Et pour demeurer dans l’actualité du moment, cela m’amène à dire que la conscience devrait être notre leader, car elle nous incite à emprunter le chemin de l’éveil. Ce sentier nous acheminera alors vers ceux qui se vouent à exprimer la valeur de l’esprit et du cœur et qui privilégient la dignité humaine, et non vers ceux qui cherchent avant tout à diriger.

Devant toutes ces exhortations déchaînées ici et là et qui ambitionnent à nous servir de guide et à diriger notre conscience de manière intellectuelle ou pseudo-intellectuelle, oxymore oblige, moi, j’opte pour vous emmener dans mon « délire-réaliste » en me servant humblement de nos cinq sens pour l’exprimer :

Que vos yeux vous aident à voir l’impalpable et la beauté en chaque homme !

Que vous oreilles vous donnent cette immense qualité qu’est l’écoute et s’emploient comme un moyen privilégié pour éviter tant de conflits et de préjugés, apportant ainsi en retour du réconfort et de l’encouragement !

Que votre nez vous aide à sentir et à différencier le bon du mauvais et dégage en vous un parfum transcendant de civilité et de bonté !

Que votre langue vous incite à goûter avec allégresse au demi-verre plein sans vous laisser décourager par le demi-verre vide et de surcroît qu’elle vous incite à savourer son contenu !

Finalement, que le sens du toucher vous permette de toucher avant tout votre cœur afin que l’amour, au sens large et noble, et la sincérité demeurent le fil conducteur de votre vie rendant ainsi fière la postérité de l’homme ou de la femme que vous êtes devenu.e.