L’ancien ministre Anil Bachoo a énuméré, chiffres à l’appui, ses réalisations au ministère des Infrastructures publiques sous le gouvernement travailliste. C’était lors d’un congrès nocturne du PTr à Vallée-Pitot hier, en marge des activités marquant le 80e anniversaire de ce parti, qui sera célébré dimanche prochain à Réduit.
« Aucune circonscription n’a été négligée. Nom mwa enn kot pa finn fer okenn travay », a lancé Anil Bachoo devant ses partisans à Vallée-Pitot, avant de citer plusieurs projets réalisés. Parmi, la construction de routes, de terrains de jeux, de drains et d’écoles secondaires, entre autres, qui ont coûté des centaines de millions de roupies à l’État. Dans le même élan, Anil Bachoo a avancé que l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam lui avait dit : « Fer tou travay kot dimounn dimande, pa less zot soufer. »
L’ancien ministre des Infrastructures publiques a évoqué les démarches entreprises pour reloger les marchands ambulants de la capitale. « Nous avions choisi trois sites pour les caser — la Place de l’Immigration, Decaen et la Gare Victoria. Les marchands ambulants avaient demandé de couvrir ces endroits avant qu’ils ne commencent à opérer, mais entre-temps, les élections générales sont arrivées et nous avons perdu. Le nouveau gouvernement a bloqué ce projet ».
S’agissant des dépenses encourues par son ministère pour construire des drains, juste après les inondations de mars 2013, il soutient que « mwa, mo ti ferme akoz sa, be Bodha pe fer parey, li pa ferme. »
Pour sa part, l’ancien ministre des Affaires étrangères Arvin Boolell a estimé que « lorsque la fin est proche, “lespri savire” », en évoquant les « nombreuses actions irréfléchies de certains ministres ». L’actuel ministre du Logement et des Terres, Showkutally Soodhun, en a alors pris pour son grade. Arvin Boolell reproche au numéro trois du gouvernement « son ingérence dans les affaires de deux États étrangers », entre autres. Cela avant de qualifier « Maurice d’État voyou » questionnant dans quel État de droit « la polis atas dimounn lor lili », alors qu’entre-temps « pe vann lepor pou dolar arabe. »
Selon Arvin Boolell, une grande partie de la population « pe dir mil fwa PTr ». Mais, il s’est empressé d’ajouter que « PTr ousi apel a enn sanzman mantalite e latitud. » Dans un autre ordre d’idées, Arvin Boolell a promis à tous ceux qui avaient été recrutés sous le gouvernement travailliste et qui ont été licenciés par le gouvernement actuel que « nou pou repran zot dan travay ».
Par ailleurs, le président du PTr, Patrick Assirvaden, a estimé que « c’est grâce aux travaux effectués durant les deux dernières années par le gouvernement travailliste qu’il n’y a pas eu de gros problèmes avec les inondations de la semaine dernière ».
Quant au député Osman Mahomed, il a parlé de la démarche du gouvernement visant à transformer Port-Louis. « Je lui dis de ne pas toucher notre capitale car c’est une ville historique, au contraire, il faut augmenter sa valeur », a-t-il déclaré.