Alors que l’audition d’un des principaux témoins dans la VarmaGate, Me Roubina Jaddoo, se fait toujours attendre, le Central CID procède depuis la mi-journée à celle de Geneviève Jeannot, la mère de l’étudiant agressé physiquement par l’ancien Attorney General, Me Yatin Varma. Le principal sujet de cette séance d’interrogatoire annoncée Under Warning sera la bouteille de champagne offerte à la famille Jeannot par Yatin Varma le samedi 15 juin dernier. D’autre part, lors de son audition samedi matin, Florent Jeannot a remis en perspective le rôle de Raj Ramrachia, l’homme d’affaires mauricien basé en Afrique du Sud qui avait posté un message à son intention sur Facebook. Tout au long de cet exercice, qui s’est déroulé en présence de son homme de loi, Me Yash Bhadain, Florent Jeannot a rejeté des plus catégoriquement la thèse qu’il voulait soutirer de l’argent de l’ancien ministre travailliste.
Le Focus de l’interrogatoire du jour de Geneviève Jeannot, qui a retenu les services de Me Dick Ng Sui Wah, sera la bouteille de champagne et le livre « Pardonner et Oublier » offerts par Yatin Varma à la famille Jeannot lors de la visite à Flic-en-Flac le samedi 15 juin. Les limiers du Central CID demanderont à la mère de Florent Jeannot de donner des explications au sujet de ces deux présents reçus de Yatin Varma, qui était accompagné de l’ancien Private Parliamentary Secretary (PPS) Reza Issack ce jour-là.
Dépendant des éléments de réponse fournis par Geneviève Jeannot, le Central CID décidera s’il y a lieu de loger devant le tribunal de Port-Louis une inculpation provisoire de complot contre elle ou non. Mario Jeannot n’a pas échappé à une inculpation provisoire pour le même délit après son interrogatoire il y a une dizaine de jours. Par contre, samedi, Florent Jeannot a pu regagner son domicile après une séance d’interrogatoire d’une durée d’environ quatre heures. Il a confirmé aux enquêteurs du Central CID un détail majeur connu du public à l’effet que l’homme d’affaires Raj Ramrachia, installé en Afrique du Sud, avait pris contact avec lui par le biais d’un message Facebook au cours de la première semaine de juin en vue de régler l’affaire Varma. Florent Jeannot a indiqué qu’il n’a pas répondu à cette invitation.
L’enquête du Central CID tentera d’établir si le dénommé Raj Ramrachia serait la même personne qu’un autre Raj cité par le tandem Varma/Issack lors des discussions au domicile des Jeannot à Flic-en-Flac le samedi 15 juin. La retranscription des enregistrements des conversations révèle qu’à un certain moment le nom de Raj est cité comme étant la personne qui allait remettre aux Jeannot une partie de cette somme en devises étrangères en Afrique du Sud.
Ce volet de l’enquête de la police pourrait connaître le même sort que celui des révélations de Maurice Allet au sujet de l’intervention alléguée dans ces tractations de Subash Gobine, qui occupe les fonctions de Director of Communications au Prime Minister’s Office. Tout comme Subash Gobine, qui n’a pas été appelé à donner sa version des faits à ce sujet, Raj Ramrachia pourra ne pas être interrogé vu qu’il n’est pas à Maurice.
Tout au long de son audition, samedi, Florent Jeannot s’est appesanti sur le fait qu’il n’était nullement de son intention d’accepter les offres pécuniaires de Yatin Varma en vue de régler l’affaire d’agression suite à l’accident de la route à Sodnac le samedi 4 mai dernier. Il a révélé avoir écrit le 15 juin dernier le chiffre de Rs 2 millions sur un morceau de papier pour faire partir le plus rapidement possible Yatin Varma et Reza Issack. L’ancien Attorney General voulait à tout prix voir Florent Jeannot se rendre à la police ce samedi soir pour se rétracter au sujet de l’agression à Sodnac.
L’enquête se poursuit.