Le wagon des gouverneurs britanniques dans un état des plus pitoyables dans l’arrière cour du musée de Mahébourg

D’un côté l’arrivée du Metro Express relance, dans une effervescence populaire et politique, l’utilisation des voies ferrées à Maurice. Avec le prélancement de Mauricio le 3 dernier, il ne manquait que la larme à l’œil pour marquer le progrès du pays en matière de transport. De l’autre côté, il y a le désir (du gouvernement sortant) de transformer Mahébourg en village touristique — tout un programme vu l’insalubrité de l’endroit.

Si le bois du wagon est irrécupérable à la restauration, en revanche, la partie
métallique de la voiture peut encore être sauvée

Et au milieu de tout ça, il y a des vestiges de notre patrimoine ferroviaire à Mahébourg qui pourrissent et qui sont abandonnés à leur triste sort dans la plus grande indifférence du ministère des Arts et de la Culture ou autre autorité censée être des garantes des pans de notre histoire ! La décrépitude de l’ancien hangar de trains et des structures avoisinantes qui lui étaient étroitement liées et l’affligeante dégradation de l’ancien Governor’s Coach sont des conséquences visibles et indiscutables d’une absence de politique de sauvegarde de patrimoine du genre en péril.

À l’arrière du musée naval de Mahébourg, lui-même dans un état peu flatteur, le wagon des gouverneurs britanniques, un symbole d’élégance, durant l’époque de son usage jusqu’en 1955, est sur le point de s’effondrer sous un hangar. Le dernier gouverneur anglais à avoir profité du luxueux intérieur du wagon fut Sir Robert Scott. Mais 64 ans plus tard, il ne reste qu’un décor dépouillé de sa superbe d’antan, un siège étripé, des carreaux cassés, un sol défoncé, des panneaux pourris En juillet dernier, le haut-commissaire britannique, Keith Allan, à Maurice, s’était rendu au musée naval et constaté l’état lamentable dans lequel se trouve le wagon.

Le wagon des
gouverneurs britanniques
dans un état des plus
pitoyables dans l’arrière cour du musée de Mahébourg

Au musée, l’on concède ne pas être au courant d’un plan de sauvetage pour cette pièce, laquelle pourtant peut être facilement restaurée.

Indifférence ? Abandonné au gré du temps, le bâtiment qui reste de l’ancienne gare de Mahébourg est un patrimoine ignoré

Plus loin, à l’entrée du front de mer, un panneau du ministère du Tourisme fait fièrement état, en trois langues, de l’historique de la gare ferroviaire de Mahébourg. Entre le panneau encore neuf et les vestiges à l’abandon de cette gare, le paradoxe est flagrant. Entre le hangar qui est devenu le rendez-vous des  zougader du coin, la structure en pierres taillée sur laquelle est placé le réservoir (rouillé) d’eau qui alimentait les trains à vapeur est spoliée par des pollueurs en tout genre. Telle une poubelle béante, elle accueille aussi des toxicomanes, entre autres.

Le vieux hangar est devenu le rendez-vous
des “zougader” du coin

Quant au vieux bâtiment en bois, qui a servi de bureau à State Property Development Company Ltd et dont le toit en bardeaux est dans un piteux état, il est à la merci du temps et de l’indifférence. Il en est de même pour l’ancienne maison en pierre du chef de gare.