Les habitants de Forest-side, Cité Atlee, Cité Joachim et d’autres régions de Curepipe ont perdu patience ce samedi. Ils ont manifesté dans les rues depuis 15h30 à Labrasserie road devant l’entrée de la cité Atlee. À 23h ce soir, les habitants se trouvaient toujours dans les rues où la situation été toujours tendu, en particulier à Cité Joachim. « Nu bizin delo« , réclament-ils. 

À un moment les habitants ont marché jusqu’au Pont Carbonel, près de Winners. Furieux, ils réclamaient leurs députés. Ni le camion d’eau mis à leur disposition et encore moins la présence de la police ne sont parvenus à éteindre leur colère.

Après avoir discuté avec la police, les habitants ont accepté de libérer la route principale (A10) et de retourner sur Labrasserie Road pour manifester devant leurs maisons.

Entre temps, d’autres quartiers de Curepipe ont rejoint le mouvement. Les habitants de la rue Commerson et de la rue la croix entre autres sont eux aussi descendus dans les rues pour manifester leur colère. L’accès au centre-ville a été bloqué pour ceux venant de La Vigie. Les habitants se tenaient debout en plein milieu de la route aux abords du stade George V.

Arvind Boolell présent sur les lieux a finalement réussi à convaincre les manifestants de rentrer chez eux et de dégager la route

Arvin Boolell présent à Curepipe tentant de calmer les manifestants

Plus haut sur la route principale (A1), la situation a commencé à dégénérer lorsque certaines personnes ont mis le feu aux roues, aux bananiers et à de vieux morceaux de bois utilisés pour barrer les routes.

Aux abords de la station de pompiers de Forest-side, la SSU qui s’apprêtait à donner l’assaut a été stoppée par Arvind Boolell qui s’est interposé entre la police et les manifestants et a tenté de les calmer.

Arvind Boolell a affirmé aux habitants de la région que Yusuf Ismael, directeur de la CWA, lui a assuré que l’eau sera distribuée à partir de 4h du matin. Ce à quoi les manifestants ont répondu : « Si 4hr dimatin dilo pa kouler nou revinn blok sa semin la », avant de quitter les lieux.

Ashok Subron a aussi discuté avec les manifestants et a fait une virulente sortie contre la SSU qui était armés d’armes à feu pour dissuader les manifestants. « Nou pale fusil nou! nou le delo », a déclaré Ashok Subron aux officiers de la SSU

Plus tôt dans la soirée, les habitants ont fait part de leurs doléances aux policiers. « Merci zot la missie la polis. Ou pe fer ou travay, ou protez nou, bann zenfan et ou osi ou pa enkor manze, mais kiffer missie la pa avoy bann dimounn responsab dan plas fer zot pey lepo kase », ont lancés des manifestants à un officier de police venu tenter de calmer la situation.

À 23h, les habitants de cité Joachim étaient toujours dans les rues manifestant leur colère. Les policiers ont dû cette fois se déplacer à cet endroit pour tenter de disperser la foule et dégager la route, en vain.

Les habitants toujours massés en plein milieu de la route à 23 heures
Des officiers anti-émeutes déployés à Curepipe

Pour rappel, les habitants de plusieurs régions de Curepipe sont remontés contre la Central Water Authority. Dépourvus d’eau depuis plusieurs jours, ils ont décidé de faire entendre leur voix. Ils sont descendus dans les rues ce samedi pour manifester leur frustration et leur colère, mais surtout pour réclamer de l’eau dans leurs robinets.

À cet effet, les habitants déplorent que le ministre de la Jeunesse et des Sports, Stéphan Toussaint, élu à Curepipe et le maire de la ville de Curepipe n’ont pas fait le déplacement ce samedi pour les rencontrer.

D’autre part, un gros tuyau de la CWA endommagé à La Marie perdait beaucoup d’eau aux petites heures ce samedi. À minuit, il n’y avait personne aux alentours du tuyau qui fuyait énormément.