La troisième journée de compétition de voile qui s’est tenue hier à Grand-Baie a vu la victoire du champion d’Afrique 2011, le Seychellois Allan Julie, pour la première fois depuis le début de la compétition. Il a pris la première place en laser standard avec un total de huit points en devançant les frères Rodney et Roy Govinden qui défendent également les couleurs des Seychelles. Quant aux catégories optimist, laser 4.7 et laser radial, les mêmes barreurs occupent les trois premières places dans le même ordre depuis le début.
L’après-midi, le temps était très venteux comme prévu. C’est une condition que les Mauriciens préfèrent particulièrement mais pas les Seychellois. « Nous avons entamé la préparation intensive à deux mois de la compétition mais dans des conditions climatiques différentes, avec moins de brise. Quoi qu’il en soit, cela contribuera à renforcer les barreurs. Ils apprendront à se défendre quelque soit le temps », fait ressortir Alain Alcindor, président de la fédération seychelloise de voile.
Il leur reste donc encore quatre courses avant de boucler la compétition et il est satisfait de la performance des adultes. « Nous essaierons de faire de notre mieux du côté optimist également et je tiens à saluer la bonne organisation », conclut Alain Alcindor.
Du côté des Mauriciens, Christopher Bon ne compte pas céder sa première place en laser radial. Il s’en est bien sorti hier avec un total de 7 points. De l’autre côté, le barreur Obrian Brasse remonte rapidement au classement. Alors qu’il occupait la cinquième place dans le laser 4.7 mardi dernier, il a terminé sa course hier en troisième position. « La course est assez dure mais je vise quand même l’argent ou l’or », laisse-t-il entendre.
Pour sa part, le président de la Mauritius Yatch Association (MYA), Florian Bétuel, soutient que cette compétition est une préparation pour les JIOI 2015. Cela permettra en effet aux locaux de bien se situer et de connaître les faiblesses et les forces de chacun. « Nous sommes satisfaits du côté laser radial hommes et le niveau est assez mitigé au laser 4.7. J’accompagne les barreurs tous les jours et nous faisons un bilan après chaque compétition pour mieux faire le jour suivant », laisse-t-il entendre.