Comme le dit l’adage, mieux vaut tard que jamais. L’Association mauricienne de Volley-Ball (AMVB) s’est  finalement rendu compte que ses actions, voire son harcèlement  envers Guito Lépoigneur — cela s’applique aussi pour d’autres cas — n’avait rien de sportif et n’était nullement dans une démarche pour faire progresser cette discipline. Après cinq années de guerre par déclarations interposées et de procès en cours, les deux parties ont finalement trouvé un accord avec la signature devant un Magistrat pour d’une part le retrait du procès de Guito Lepoigneur contre l’AMVB.
D’autre part ce dernier soulève la suspension à vie qui pesait sur Guito Lepoigneur, lui accorde également sa licence d’entraîneur et le retour de son équipe, Azur – sevrée de compétition depuis  deux ans — dans le championnat féminin de D2. Il va sans dire que c’est un dénouement heureux dans cette affaire qui a duré  5 longues années et qui trouve son origine dans un rapport bidon qu’a fait le représentant de la FIVB et ami proche des Teeroovengadum avant l’assemblée élective de l’AMVB en 2006. On se souviendra que plusieurs membres de club qui étaient insatisfaits avec la gestion et le niveau du volley-ball à Maurice avait ouvertement manifesté leur désaccord par le biais d’une manifestation devant le siège de la fédération à Vacoas.
Lepoigneur garde encore le silence
Cette manifestation fut aussi organisée dans le sillage de la tenue de l’Assemblée Générale élective de l’AMVB. En réponse aux manifestants, Kaysee Teeroovengadum avait donné comme réponse la venue de son ami Sandrasagren Tubby Reddy pour mener une enquête. Comme il fallait s’y attendre cette enquête fut montée de toute pièce, surtout qu’elle fut dictée de l’intérieur. Aujourd’hui, il existe même des preuves qu’un membre de l’AMVB d’alors avait utilisé une de ses proches pour écrire le rapport alors que Tubby Reddy dormait dans sa chambre d’hôtel. Outre Guito Lepoigneur, Roland David et Sunil Gowreesunkur avaient aussi fait les frais de cette  affaire
Cependant, il faut se dire que cet accord n’est pas un fruit du hasard. Il y a aussi le fait que le président de la Fédération Internationale de Volley-Ball  (FIVB), Jizhong Wei, en visite à Maurice a «exigé» la fin de ce procès et le retour de Guito Lepoigneur dans ses droits. Avant cela, les instances internationales avaient aussi indiqué à l’AMVB l’obligation de mettre fin aux procès en cours au risque de voir la fédération locale être suspendue.
Hier, le principal concerné n’a pas voulu faire de commentaire sur ce dénouement, préférant donner rendez-vous sur le terrain. Certes son entourage parle de «ouf de soulagement» après ce dénouement heureux, mais reste que l’entraîneur s’est déjà remis au travail. Sa demande pour retrouver sa licence d’entraîneur est déjà dans le pipeline, tout comme celle concernant son équipe Azur. A fortiori, cette formation qui a été championne de la D1 retrouve la D2 qui commence à la mi-septembre. Du reste Guito Lepoigneur a reconstruit son équipe avec l’arrivée des soeurs Latour, nommément Joanne, Lucy et Joanita, et aussi des jeunes de la région de BBRH.
Du côté de la fédération, aucune réaction n’est à noter après ce retournement de veste. Mais comme on le sait, les Teeroovengadum, Naz, Kaysee et Bhurun, ne sont pas des enfants du bon Dieu, Guito Lepoigneur doit sans aucun doute rester sur ses gardes. Mais déjà la question de renouvellement de l’exécutif de l’AMVB est mise, sur la table. Car depuis le 27 août dernier, le mandat de 4 ans de l’actuel comité a déjà pris fin officiellement. Toutefois c’est motus et bouche cousue à Vacoas sur ce point, puisqu’il se murmure que l’AMVB serait en possession d’une lettre de la FIVB qui dit que l’actuel comité peut fonctionner jusqu’à l’année prochaine.
Est-ce de l’nfo ou de l’intox? On ne sait pas ou est-ce une façon de laisser le président sortant, Kaysee Teeroovengadum de mieux récupérer après ses ennuis de santé? Rien n’est certain avec…l’AMVB.