L’absence de Vettel a joué en faveur de Bold Inspiration. Le bout en bout était possible, Donavan Mansour n’a pas été inquiété et c’est sans surprise qu’il a résisté à un Swapneel Rama mal inspiré sur  Gharbee. On avait ressenti une certaine confiance chez l’assistant-entraîneur Subiraj Gujadhur vendredi matin suite à l’annonce du retrait de Vettel, même s’il n’a pas voulu s’avancer sur les chances de son cheval. Ce dernier est considéré comme un strong one-pacer et il avait aussi gagné sans porter les oeillères en Afrique du Sud. Tactiquement, il faut reconnaître que le Sud-Africain a bien joué le coup, mais force est de reconnaître qu’il a bénéficié du manque d’inspiration de Swapneel Rama. Après avoir démarré rapidement, il s’est contenté de laisser son cheval courir à son rythme.
Chez Gharbee, une autre tactique avait été prévue. En raison de sa légère charge, il avait été décidé de suivre plus proche que d’habitude pour être non loin du meneur. Si on peut avancer que ce changement était dans le bon ordre des choses, on peut penser que Swapneel Rama aurait dû faire travailler Bold Inspiration dans la partie initiale. Lui, le poids léger aurait dû forcer celui qui lui rendait 7 kg à ressentir la différence de poids, même si d’aventure les instructions étaient de tout simplement se placer dans le peloton de tête. On ne comprend également pas pourquoi Gharbee n’a rien tenté quand le tempo a nettement baissé en intensité. Et là, les temps fractionnés sont là pour le démontrer.
Entre les 1400 et les 1000m, on aura noté deux laps de 12”85 et 12”92 respectivement. Pis, entre les 800 et les 600m, Bold Inspiration a pu tranquillement ralentir le train (12”30), sans que Gharbee ou un autre adversaire ne tente quelque chose. C’était offrir la victoire sur un plateau à Bold Inspiration. Le plus crédule des turfistes dira qu’on n’avait pas le droit d’inquiéter le leader par peur de représailles. La troisième place est revenue à Bandido Caballero, qui s’est contenté de suivre  à l’arrière-garde bien qu’il lui fût possible de suivre de plus près. Vu les circonstances de la course, il s’est retrouvé avec trop de terrain à refaire en fin de parcours. En dépit du fait qu’il a été le meilleur finisseur, il a dû se contenter de la troisième place sans inquiéter le vainqueur.
Diamond Light ne peut avancer qu’il n’a pas eu les conditions voulues, sauf qu’on peut accepter que le rythme peut ne pas avoir été assez soutenu. Au final, on a trouvé qu’il n’a pas vraiment accéléré. Bulsara s’est retrouvé trop en retrait et on l’a trouvé battu à 600m de l’arrivée. Nul doute que cette course lui sera bénéfique et qu’on le retrouvera en progrès la prochaine fois. Déception une fois encore pour Skippyjon Jones, qui doit sans doute cacher un problème.