Le 12e Festival Kreol aurait pu démarrer sur les chapeaux de roues hier à L’Aventure du Sucre. L’occasion s’y est prêtée avec une entrée en matière autour du thème « Kreolite-Linite, Sware Poezi ». Mais il a fallu que le ministre du Tourisme, Anil Gayan, monte au créneau contre la presse. Un discours en contraste avec celui d’Etienne Sinatambou, qui a prôné la créolité.
Lors du lancement du 12e Festival Kreol, Anil Gayan est monté au créneau après avoir écouté, « en cours de route », un journaliste parler de « skandal lor skandal ». « Nou pe selebre kiltir nou pei, quelque chose de beau. Sa, radio ek lapres pa pou koze. Lapres “donneur de leçons” ena solision pou tou problem. Les prophètes de malheur souhaitent que nous ayions des problèmes », a déclaré le ministre du Tourisme. « Mo lans enn apel lapres, vinn partisip avek nou kouma enn sel nation ».
Anil Gayan a demandé aux journalistes de ne pas rester figer sur des choses négatives. « Palab kapav bles santiman. Il faut qu’à travers ce Festival Kreol chacun ait cette ambition réelle de faire quelque chose de bien pour son pays ». Il a demandé aux personnes présentes à L’Aventure du Sucre hier de se considérer comme de vrais Mauriciens. « Quand on est à Maurice, on dit qu’on appartient à telle communauté. Et lorsqu’on est hors du territoire, on se dit Mauricien. Il faut garder ce sentiment de fierté. »
De son côté, Etienne Sinatambou, ministre de la Sécurité sociale, a privilégié un message d’unité. « Ki to apel Jean, Amoy, Salim, Rajen, to enn kreol. Nou dir li, nou pans li e nou bizin viv li. Nou tou Morisien. Minis Gayan apel mwa « kouzin ». Nou pe deza viv solidarite ki nou bizin ena dan nou pei. Nou ena boukou kominote dan Moris, me enn sel bato apel Morisien. E nou pa pou permet personn met enn trou dan sa bato-la », a-t-il déclaré.
Le ministre des Arts et de la Culture, Pradeep Roopun, a fait ressortir que cette 12e édition  « fera corps avec tous les métiers » en mettant en relief la cuisine, l’art, la musique, le séga et la manière dont on parle le kreol.
La soirée a démarré sur un air prenant de Larivier Tanier, repris par Marie-Luce Faron, alors que la partie musicale était assurée par Eric Triton. Cette année, c’est Karl Mootoosamy qui a eu l’honneur de préparer ce festival.