Photo illustration

Maurice a fait un bond dans le classement “Doing Business” publié par la Banque mondiale, soit de la 20e place, l’année dernière, à la 13e place cette année, et ce sur un total de 190 pays. François Guibert, CEO de l’Economic Development Board, se réjouit que Maurice se classe « devant plusieurs économies majeures, ce qui lui permet de continuer à progresser de la 25e place en 2017 à la 20e l’année dernière. Maurice se classe également au 1er rang des pays africains et 2e dans la catégorie des revenus moyens supérieurs, juste après la Malaisie et avec le même score. »
Cette reconnaissance de la part de la Banque mondiale réaffirme, selon l’EDB, la compétitivité de Maurice en tant que pays propice aux affaires, tout en consolidant la confiance des investisseurs. Le rapport “Doing Business” mesure le cycle de vie d’une entreprise depuis son ouverture, l’obtention d’un emplacement, l’obtention de financement, les opérations quotidiennes et l’environnement commercial, et cela au moyen de dix indicateurs. S’agissant de Maurice, la Banque mondiale a constaté des améliorations dans sept de ces indicateurs. Il convient également de noter que Maurice figure parmi les dix premiers pays pour les indicateurs “Paying taxes” et “Dealing with construction permits”.
Le score du pays pour le “Ease of doing business” s’élève à 81,5. Le rapport “Doing Business” confirme aussi la position de Maurice en Afrique subsaharienne, suivie du Rwanda (38e) et du Kenya (56e). Le pays se classe également au 2e rang des économies à revenu intermédiaire, derrière la Malaisie, qui obtient également 81,5 points, tout comme Maurice.
Le pays a progressé de 36 places dans ce classement mondial depuis 2017 (étant à la 49e place en 2016), ce qui témoigne des efforts et de la détermination du gouvernement, explique l’EDB, à moderniser l’économie par le biais de réformes structurelles. « Les réformes comprenaient l’automatisation des services publics, la révision des procédures d’octroi de licences et les modifications réglementaires au moyen de la Business Facilitation (Miscellaneous Provisions) Act 2017 et la Business Facilitation (Miscellaneous Provisions) Act 2019, conformément aux meilleures pratiques internationales », souligne l’EDB.

Dans le détail, on notera que concernant le critère “Dealing with construction permits”, Maurice se classe 8e sur 190 pays, comparé à la 15e place l’année dernière. L’introduction du National E-Licensing System (NELS) n’est sans doute pas étrangère à cette progression, car il permet désormais d’entreprendre en ligne de nombreuses démarches administratives. Pour ce qui est du critère “Starting a business”, Maurice se classe 20e. Au chapitre “Getting electricity”, le pays fait un saut de la 110e à la 28e place. Belle progression également à l’item “Registering property”, où le pays passe de la 99e à la 23e position