L’enquête de l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) sur l’Euro-Loan Saga de 1,1 million d’euros (Rs 45 millions) avec des intérêts de 1,5 % annuellement, diligentée dans le cadre de l’opération Goldfinger, arrive à la fin de la première étape. Des renseignements glanés à la mi-journée confirment que le dossier de Vishnu Lutchmeenaraidoo « suggesting prosecution » a déjà été soumis à l’Office of the Director of Public Prosecutions avec la balle dans le camp de celui-ci. En ce début de semaine, les limiers de l’ICAC ont complété un Full Report de cette affaire sous la section 7 de la Prevention of Corruption Act (PoCA) à être adressé au commissaire de police, Karl Mario Nobin. C’est ce qu’indiquent des sources concordantes, qui ont suivi l’évolution de cette enquête, qui avait éclaté au grand jour le lendemain de la Fête Nationale du 12 mars avec la publication dans la presse écrite et virtuelle du Loan Agreement de la State Bank of Mauritius Ltd en date du 11 septembre 2015.
Ce rapport complet de l’ICAC contient des détails des dépositions consignées auprès des Top Guns de la State Bank of Mauritius Ltd sur les tractations pour ces facilités bancaires entre le 1er juillet et le 11 septembre de l’année dernière et même après, des copies des dossiers de la banque, récupérées par le truchement de quatre Judge’s Orders pour faire partie de la Documentary Evidence à charge de même les explications en deux volets de l’ancien ministre des Finances. Ce sera le second dossier qui sera transmis par l’ICAC au Commissioner of Police Office aux Casernes centrales depuis ces six dernières semaines.
Dans un premier temps, l’ICAC, sur la base des procédures établies et de preuves versées dans le dossier à charge, avait soumis en date du 6 avril un premier rapport en vue de l’arrestation et l’inculpation provisoire de Vishnu Lutchmeenaraidoo dans cette affaire d’Euro-Loan de la State Bank of Mauritius Ltd. Mais le commissaire de police avait refusé d’exécuter les recommandations de l’ICAC vu que le principal suspect ne s’était pas encore exprimé de manière définitive sur ce que les limiers lui reprochent. Puis sont venues les directives du Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, au commissaire de police pour que l’enquête soit complétée et que des consultations triangulaires entre l’ICAC, la police et l’Office of the Director of Public Prosecutions complètent l’exercice.
Ainsi, dès aujourd’hui, les procédures similaires à celles ayant entraîné l’arrestation et l’inculpation le 6 avril de l’ancien ministre de l’Environnement, Raj Dayal dans la « Bal Kuler Saga » avec en contrepartie l’EIA Licence pour le projet de Morcellement Gros-Cailloux, devront être enclenchées. Avec la réception du rapport formel de l’ICAC, le commissaire de police, qui détient les Powers of Arrest sous la Prevention of Corruption Act, devra consulter le DPP pour le Vetting  des recommandations de l’ICAC confirmant du même coup la démarche à suivre dans cette affaire, qui secoue le gouvernement depuis le début du mois de mars dernier.
Des recoupements d’informations effectués auprès de différentes sources indiquent que le présent rapport de l’ICAC ne concerne que les transactions bancaires engagées par l’ancien ministre des Finances avec la banque d’État sous sa tutelle. L’autre enquête, qui avait fait l’objet d’un Referral du conseil des ministres depuis le 2 mars dernier, coïncidant avec le début de la bronchite du ministre Lutchmeenaraidoo, n’a pas encore été complétée.
À ce matin, que ce soit du côté de l’ICAC ou des Police Headquarters aux Casernes centrales, un épais voile de secret entourait le dossier de l’enquête sur l’Euro-Loan de 1,1 million d’euros, dont a bénéficié Vishnu Lutchmeenaraidoo de la State Bank. Aucune indication officielle si le rapport de l’ICAC est déjà entré dans le système de Confidential Filing du commissaire de police ou encore si l’Office of the Director of Public Prosecutions allait être saisi de cette affaire en cours de journée. Toutefois, à la mi-journée, Le Mauricien a appris de sources autorisées que les recommandations de l’ICAC pour des « Final Charges » sous la PoCA  contre Vishnu Lutchmeenaraidoo ont transité aux Casernes centrales avant de prendre la route vers le Bureau du DPP où la décision pourrait intervenir d’un moment à l’autre.
D’autre part, lors de la séance parlementaire d’hier, les ministres Lutchmeenaraidoo et Bhadain se sont livré littéralement une partie de cache-cache. Pour la Private Notice Question sur le projet Heritage City avec le ministre des Services financiers tenant le crachoir, le ministre des Affaires étrangères brillait par son absence. Pour la tranche du Question Time, le chef de la diplomatie n’avait pas le choix compte tenu du fait qu’une PQ au nom du député Raffick Sorefan lui était adressée. Vishnu Lutchmeenaraidoo, qui n’a pas échangé de mot avec le Leader of The House et Premier ministre, sir Anerood Jugnauth, a quitté l’hémicycle à la fin de sa réponse alors que le ministre Bhadain entamait la sienne sur les réclamations des anciens Special Administrators de BAI Co (Mtius) Ltd and Related Entities comme pour bien démontrer que les ponts sont bel et bien coupés…