Comme attendu, la Fédération mauricienne d’haltérophilie a effectué en début de semaine l’ouverture d’un atelier de formation d’entraîneurs de niveau 1 organisé sous l’égide du Comité olympique de Maurice. Ce stage de sept jours, placé sous l’expertise du Mauricien Aveenash Pandoo, instructeur en matière de formation technique de la Fédération internationale d’haltérophilie, a attiré 20 stagiaires et se déroule au centre national d’entraînement à Vacoas. L’atelier sera conduit jusqu’à demain, puis reprendra samedi pour s’achever dimanche.
« Nous avons eu une très bon response de la part d’anciens haltérophiles et mêmes de quelques-uns qui sont toujours en exercice. Les stagiaires accueillent cette initiative avec beaucoup d’enthousiasme et de sérieux. C’est une formation qui leur fait voir les choses dans une autre perspective. Et les discussions sont toujours très animées », indique l’entraîneur national, Ravi Bhollah, appelé lui aussi à intervenir sur des sujets qui ne font toutefois pas partie du cours. L’assistant-entraîneur national, Gino Souprayen, fait également partie du groupe.
Parmi les stagiaires inscrits, on retrouve les leveurs Yannick et Jonathan Coret, Shalinee Valaydon, Emmanuelle Lent Labonne, Anthony Madanamootoo ainsi que Novin Gayadin, qui a mis fin à sa carrière après sa participation aux derniers Jeux de îles l’année dernière, Alicia Lamusse, les anciens leveurs tels Dolly Darden, Noé Joseph, ainsi que d’autres qui sont moins connus et des enseignants d’éducation physique opérant dans le circuit scolaire, nous avait précisé récemment le président de la fédération mauricienne, Poorun Bhollah. L’atelier accueillera également deux entraîneurs du comité régional de Rodrigues, en l’occurrence Marco Lam Vo Hee et Ricardo Kishtoo.
S’agissant du principal intervenant, il assume également depuis une dizaine d’années environ le rôle de responsable de développement auprès de la Confédération africaine d’haltérophilie. Alors athlète, Aveenash Pandoo avait également fait partie de l’élite nationale. Par la suite, il a exercé durant dix-neuf ans au poste d’entraîneur national de l’équipe d’Afrique du Sud. Mais depuis le mois dernier, il est le nouveau directeur technique de l’équipe nationale d’Indonésie.
« Il est très expérimenté dans le domaine avec des compétences qui sont reconnues au niveau international », remarque Ravi Bhollah.