Les membres de la Mauritius Trade Union Congress (MTUC) ont animé un point de presse ce matin au centre social Marie Reine de la Paix au cours duquel ils ont évoqué le projet de loi de Roshi Bhadain ainsi que la compensation salariale pour ceux au bas de l’échelle. Dewan Quédou, président de cette union, a félicité les médias pour leur « bon travail d’information » accompli.
Revenant sur la loi Bhadain ce matin lors d’un point de presse, Dewan Quédou, président de la MTUC, a laissé entendre que c’est à travers la presse qu’ils ont eu les informations nécessaires. « Les médias ont informé le public et ont pris les réactions de tous ceux qui sont pour ou contre le Good Governance and Integrity Reporting Bill. » Par ailleurs, l’intervenant a exprimé qu’un gouvernement « responsable » doit venir de l’avant avec une loi couvant les « unexplained wealth », ajoutant : « Li bizin ena enn drwa de regar lor richess bann morisien. »
Par ailleurs, Dewan Quédou fait ressortir que les chauffeurs de taxi, les marchands ambulants et les “beach hawkers” ne perçoivent pas de salaire régulier ou mensuel. « Parfois, ils n’ont aucun travail et, d’autres fois, ils peuvent percevoir un gros salaire. Les chauffeurs sont en contact direct avec l’hôtellerie et ont une clientèle touristique. » Dès lors, selon le président de la MTUC, tous les salariés sont redevables envers la MRA. Il se demande toutefois « si les médecins, avocats, dentistes et députés sont honnêtes lorsqu’ils déclarent leurs avoirs ». Dewan Quédou soutient : « Ena avocat kapav gagn Rs 100 000, li deklar nek Rs 5 000. Ils distribuent alors leurs biens à leurs enfants, leur famille. Il faut savoir comment s’effectue le contrôle. Boukou dimoun pe ramas kas ilisit e zot pou bizin rann kont gouvernman. Parski gouvernman bizin fer devlopman. »
Dewan Quédou relève que la majorité des parlementaires sont des avocats ou font partie d’une profession libérale. De fait, « il faudra demander aux parlementaires de déclarer leurs avoirs ». L’intervenant poursuit : « Ena bann depute ek ansien depute finn gagn kas malgagne. » Pour consolider la loi, Dewan Quédou demande au gouvernement de considérer les différentes opinions, y compris celle du leader de l’opposition, Paul Bérenger, « qui a proposé pas mal d’idées ». La MTUC s’est finalement dite en faveur de la loi Bhadain.
Abordant la question de la compensation salariale, Désiré Guildharry, vice-président de l’union, propose que le gouvernement offre une compensation salariale de Rs 500 à ceux au bas de l’échelle. « Le gouvernement doit revoir la base du “renumeration order”. » La MTUC donnera une autre conférence pour débattre du sujet.