Plus que quelques jours de sursis pour les colporteurs à Port-Louis puisque le projet de relogement débute lundi prochain. Après cela, aucun marchand ambulant ne sera toléré dans les rues, font comprendre les autorités. La police procédera à des patrouilles et des saisies d’articles pour ceux qui persisteront à opérer dans les zones interdites. Les rues de Port-Louis sans marchands ambulants… C’est ce à quoi aspirent les autorités, dont la mairie de Port-Louis. Elles se montrent d’ailleurs confiantes qu’elles arriveront à atteindre cet objectif, en se félicitant déjà d’avoir pu libérer la rue John Kennedy, à Port-Louis, des marchands ambulants en décembre dernier. L’on sait cependant que plusieurs tentatives d’empêcher les colporteurs d’opérer dans les rues ont échoué dans le passé ou ont fonctionné sur une très courte durée. Qu’ont donc prévu les autorités pour sévir contre ceux qui s’obstineront à rester dans les rues après l’échéance du 18 avril ? Le ministre des Collectivités Locales, Anwar Husnoo, fait comprendre que des sanctions sévères sont prévues et que la police va procéder à la saisie d’articles. « Nous n’allons tolérer aucun marchand ambulant dans les rues de Port-Louis, soit ailleurs que dans les emplacements prévus pour le relogement, c’est-à-dire à Decaen et Immigration », déclare Anwar Husnoo. « Il y a en qui veulent jouer le jeu mais d’autres qui ne veulent pas coopérer. Mais nous sommes décidés à faire notre travail ». À partir de ce lundi 18 avril, le relogement au site Decaen à la gare Victoria va commencer. Quelque 1 000 marchands de rue sont concernés par ce relogement temporaire. À ce propos, le ministre fait appel à la coopération des marchands ambulants : « Arrêtez de vous sauver et de vivre dans la peur que les inspecteurs et la police saisissent vos articles », dit-il. Outre les marchands ambulants, la mairie et ses inspecteurs comptent sévir contre les propriétaires de magasins qui obstruent la voie publique avec leurs marchandises ou autres installations. Les marchands ambulants, qui seront relogés temporairement aux places Immigration et Decaen, se verront par la suite accorder la priorité des étals lorsque les autorités auront achevé le projet de reconstruction de deux nouvelles gares nord et sud de Port-Louis. Les travaux de la nouvelle gare Victoria devraient commencer après le budget, soit vers juillet avec aménagement de food court, espaces commerciaux, des ponts reliant les gares au Caudan Waterfront et des emplacements pour les marchands ambulants. Les travaux de la nouvelle gare Victoria devraient durer un an, selon Anwar Husnoo, qui a eu une session de travail hier après-midi avec le ministre des Infrastructures publiques, Nando Bodha. À noter par ailleurs que 170 marchands ambulants ne se sont pas rendus à la municipalité de Port-Louis pour compléter les procédures d’enregistrements pour l’occupation des étals. Après l’exercice de tirage au sort pour l’allocation des étals, des letters of intent leur avaient été envoyées pour les informer du numéro d’étal obtenu et les inviter à compléter les procédures à la municipalité de Port-Louis. Quid des critiques faites par les colporteurs à l’effet que les emplacements de Decaen et Immigration ne sont pas couverts ? Anwar Husnoo et le Lord-maire, Oomar Khooleegan, font comprendre qu’il s’agit d’un relogement temporaire et que les autorités ne peuvent investir dans des structures temporaires étant donné que les travaux d’aménagement des nouvelles gares vont débuter sous peu.