Photo illustration

Une femme de ménage de 27 ans s’est fait escroquer une somme de Rs 33 900 alors qu’elle était intéressée à obtenir un emprunt proposé par une internaute. Dans sa déposition à la police de Montagne-Blanche lundi, elle avance qu’elle a un compte sur Facebook. Elle a reçu un message d’une femme inconnue qui offrait des facilités d’emprunt. Après des jours de conversation, elle a décidé de faire une demande pour une somme de Rs 300 000.

Dans un premier temps, la suspecte a demandé à la femme de ménage d’effectuer un premier virement de Rs 6 900 pour les formalités administratives. La somme devait être créditée sur le compte d’un homme dans une banque commerciale. Le 10 juin, la jeune femme a fait le nécessaire et elle a reçu un message sur Facebook avec le lien d’une page et un “pin code”.

Deux semaines plus tard, elle a reçu un nouveau message lui demandant d’effectuer un deuxième virement de Rs 12 000 pour obtenir un « code de traitement » pour qu’elle accède à son compte où se trouvaient supposément les Rs 300 000. Cette fois-ci, l’argent devait être versé dans une autre banque commerciale dont le compte est au nom d’une deuxième personne. Aussitôt l’argent versé, elle a obtenu le code.

Mais le lendemain, la femme de ménage a reçu un autre message sur Facebook lui faisant croire que le gouvernement aurait bloqué la transaction, la soupçonnant frauduleuse. Et qu’elle devait déposer Rs 15 000 sur le deuxième compte bancaire pour débloquer son compte. La jeune femme a une nouvelle fois cru à ce message et elle a transféré la somme demandée, ainsi qu’une somme de 270 euros avec l’espoir d’avoir accès à son emprunt.

Finalement, c’est sa banque qui l’a contactée le 14 juillet, l’informant que les transactions qu’elle avait effectuées étaient douteuses. La plaignante était choquée car elle s’était fait escroquer Rs 33 900 qu’elle avait économisées pendant plusieurs mois pour un projet personnel. Elle a finalement décidé de rapporter l’affaire à la police, lundi. Cette dernière compte référer le cas à la Cybercrime Unit.