Le tricentenaire de l’arrivée des premiers Français à Maurice sera célébré en septembre prochain, a annoncé hier l’ambassadeur de France, Laurent Garnier, lors d’une réception offerte à l’occasion de la fête nationale française. « Je suis heureux et touché du regard positif que cet anniversaire renvoie de l’image de la France et de sa contribution à la construction du pays », a affirmé Laurent Garnier.
C’est à l’Institut français de Maurice (IFM) qu’a été célébrée la fête nationale française, en présence de la Présidente de la République, Ameenah Gurib-Fakim, du Premier ministre adjoint, Xavier-Luc Duval, et du ministre suppléant des Affaires étrangères, Anil Gayan. L’ambassadeur de Maurice en France, Joël Rault, était également présent. Plusieurs membres du gouvernement et du Parlement étaient présents à cette occasion. La soirée a été marquée par un spectacle, très apprécié, préparé par l’IFM sur le thème de “La Guinguette” avec la participation d’artistes mauriciens de renom, dont Eric Triton, entouré de Marie-Luce Faron et Philippe Thomas.
La célébration du tricentenaire de l’arrivée des premiers Français fera demain l’objet d’une conférence de presse de la présidente du comité organisateur, Michèle Malivel, qui est à l’origine de ce projet de commémoration. Le Premier ministre adjoint et ministre du Tourisme, Xavier-Luc Duval , ainsi que la ministre de l’Education Leela Devi Dookun-Luchoomun et le ministre de la Culture Santaram Baboo y participeront également. Les historiens sont unanimes à reconnaître qu’à l’arrivée des premiers Français en provenance de La Réunion, toutes les composantes de la nation arc-en-ciel de Maurice étaient représentées.
L’ambassadeur Laurent Garnier a aussi profité de l’occasion pour remercier les Mauriciens ayant manifesté spontanément leur solidarité à la France au lendemain des attentats terroristes de Paris. Il a aussi souligné les valeurs démocratiques communes qui se rejoignent pour condamner le terrorisme, « une menace désormais mondiale ». Il a également souligné la collaboration « exemplaire » pour préparer la conférence des Nations unies sur le changement climatique, la COP 21. « C’est une grande priorité de la diplomatie française en 2015 parce que nous sommes convaincus qu’un échec n’est pas permis et qu’il faut trouver, à Paris, un accord universel et contraignant permettant de limiter à 2° le réchauffement climatique d’ici 2050. » Et de rappeler que la France a proposé de financer l’expertise dont Maurice avait besoin pour préparer sa contribution à la COP21, au nom de la solidarité avec les petits États insulaires, parmi les plus vulnérables au changement climatique. La coopération avec La Réunion a également évoquée. « Je me réjouis très sincèrement de l’intensification de ces relations, qui créent la confiance et donnent une nouvelle ambition aux partenariats qui peuvent être noués entre les deux îles, qu’ils soient économiques ou institutionnels », a-t-il dit. Laurent Garnier a aussi parlé de l’aide de l’AFD à Maurice. « De nouveaux projets se sont concrétisés, dont le financement de la modernisation du port pour 27 M d’euros et le programme d’efficacité énergétique avec les secteurs privé et public. Et de nouvelles formes d’intervention sont possibles pour répondre au mieux aux besoins du pays », a-t-il lancé.
En matière de coopération universitaire et de recherche, il a évoqué la concrétisation du projet de campus international de Médine, premier  projet entièrement conçu dans la logique d’une plate-forme régionale d’enseignement supérieur (“knowledge hub”) en association avec plusieurs grandes écoles et universités françaises, et une des toutes premières “smart cities”.  L’ambassadeur de France a finalement affirmé que la France est attentive aux besoins de coopération avec les institutions culturelles françaises, à la suite de la visite du ministre de la Culture à Paris.