Rye Joorawon a été le grand bonhomme de ce rendez-vous avec un triplé signé Nordic Warrior et Craftsman pour le compte d’Alain Perdrau, et l’outsider Dunraven chez Vincent Allet en remplacement de Darryl Holland, suspendu. Cette performance l’amène à totaliser 14 victoires. Il ne compte plus qu’une longueur de retard sur David, victorieux sur Pont D’Avignon, le tombeur de Bandido Caballero. Lerena s’est toutefois signalé en deux occasions, sur Elite Class d’abord, puis sur tapis vert avec Count Emmanuale. Un doublé qui lui permet de rejoindre Bardottier au niveau des 17 victoires. Swapneal Rama était le quatrième jockey à inscrire son nom au tableau des vainqueurs. Il enregistra un doublé au finish sur Fort Noble dans l’épreuve d’ouverture et sur Skippyjon Jones qui a fait un pas de plus vers le Ruban Bleu, son principal objectif cette saison.
Il n’y avait que six partants au départ de The Winter Stakes, une des épreuves préparatoires en vue de notre prochain Ruban Bleu prévu pour le 7 septembre, suite au retrait de Bastille Day samedi matin pour cause de boiterie. Ce premier test a été remporté par Skippyjon Jones, qui confirma qu’il sera un prétendant valable dans la plus prestigieuse épreuve classique du calendrier de la façon dont il disposa de ses adversaires. À 400 mètres de l’arrivée, tandis que ses adversaires étaient déjà mis sous pression, cet élève de Patrick Merven était toujours en main et on pouvait déjà pronostiquer en sa faveur. Certes, il ne s’imposa pas par une grande marge, mais à sa décharge, il fut incommodé à l’entrée de la ligne droite et dut être dirigé à l’extérieur. Considérant que c’est un cheval qui prend du temps à s’enclencher, et qu’il fut piloté par Swapneal Rama qui, sans vouloir diminuer les mérites et les qualités, n’est pas le jockey le plus puissant exerçant actuellement au Champ de Mars, cela demeure une performance encourageante pour l’avenir. Pour qu’il conserve ses chances intactes dans la grande course, il devra juste bénéficier d’un bon rythme, car il présente les carastéristiques d’un vrai stayer.
Le favori de la course, Top Jet, n’a pas à rougir de cette défaite, car il n’avait probablement obtenu la preparation adequate pour cette épreuve vu que son entraîneur avait programmé sa deuxième sortie pour la troisième manche du championnat des 4-ans courue le 19 juillet sur la même distance. Cependant, l’organisation de épreuve étant compromise en raison d’un probable manque de partants, Ricky Maingard n’a pas pris pas de risque et s’est assuré que son cheval ne restera pas à l’écurie et obtiendra une course préparatoire en vue de la Maiden Cup. En dépit du fait qu’il ait pu être à court de préparation par rapport à ses adversaires du jour, Top Jet conclut honorablement à la corde pour compléter le podium.
Everest est un de ceux qui avaient bénéficié du meilleur entraînement en vue de cette épreuve. On se souvient de son galop sur deux tours le vendred 26 juin dernier, mais il lui manqua ce petit plus sur la fin. On peut penser qu’après ses débuts sur le sprint, tout comme Top Jet, d’ailleurs, il lui manqua une course sur une distance intermédiaire, un 1500m ou un 1600m, afin d’aborder la distance du jour dans de meilleures dispositions. Reste qu’il ne fut pas surclassé en dépit du fait qu’il dut faire un effort afin de prendre le train à son compte face à Vettel, qui lui mit la pression en début de descente également. Quant à Diamond Light, il termina bon dernier de la course. C’était la première fois qu’il ne terminait pas dans l’argent en 36 sorties sur notre turf.
Surprenant vainqueur une semaine plus tôt sur Isipho, Alvinio Roy faillit bouleverser les pronostics dans l’épreuve d’ouverture réservée aux cavaliers mauriciens, mais Mc Naught se fit coiffer au poteau par Fort Noble, qui était muni d’oeillères à nouveau. On s’attendait à ce qu’il y ait une brève lutte à l’avant, mais Young Royale ne se montra pas assez rapide et cela permit à Mc Naught de se retrouver facilement aux avant-postes. Son apprenti le laissa courir dans son pas, mais manquant visiblement de métier, il imprima une allure relativement rapide — à titre indicatif, les premiers 900 m furent couverts en 54.77 par Mc Naught contre 56.17 pour elite Class sur la même partie de la l’épreuve suivante —, se permettant même de creuser l’écart à partir du poteau des 600m pour aborder la ligne droite finale avec une bonne marge de manoeuvre. Fort Noble, qui bénéficia cette fois d’une sage course d’attente, émergea du peloton pour reprendre le leader dans les derniers mètres. A noter que Commorode Pete a saigné.
Elite Class avec classe
The Prodigal Cup le livra pas de surprise. L’épouvantail Elite Class ne commit pas d’erreur, surclassant une fois de plus l’opposition dans la C7. S’il avait opté pour la course d’attente jusqu’ici, ce brillant élève de Ricky Maingard démontra qu’il était aussi efficace en dictant son propre rythme. Du reste, Brandon Lerena avait déclaré à l’issue de sa dernière course qu’il aurait pu prendre le train à son compte s’il l’avait voulu ce jour-là. Levanto avait, certes, hérité de la première ligne, mais il ne se montra pas le plus rapide sur 1500m et se fit déborder par le favori, qui en se rabattant à la corde, incommoda la monture de Joorawon. On constata toutefois qu’il ne fut jamais sorti de son pas, et en comparant ses temps fractionnés à ceux de Mc Naught, il était évident que ses adversaires auraient fort à faire pour revenir sur lui dans l’emballage final. En effet, Lerena prit le soin de réduire l’allure dans la descente avant de files les rênes à sa monture à 600 mètres de l’arrivée. Toujours en main à l’entrée de la ligne droite, Elite Class dériva légèrement sur sa gauche, mais il fut vite remis sur le droit chemin par son cavalier, qui se permit de baisser les rênes à quelques dizaines de mètres de l’arrivée.
Outre, les incidents dans la ligne droite de la troisième course (voir hors texte), la tactique de la doublure de Ramapatee Gujadhur, Van Der Scaler, qui insista en début de descente, mériterait peut-être également quelques interrogations lorsqu’on considère que les 200m séparant le poteau des 1000m et celui des 800m fut couvert en 10.03. Ce même cheval écarta dans la dernière courbe, libérant son compagnon d’entraînement Mount Hillaby qui put ainsi porter son attaque au moment voulu. Avant cette épreuve, Canadian Club, qui était très nerveux pour ses débuts, désarçonna Vinay Naiko alors qu’il était dans le rond des présentations. Le jockey mauricien fut abasourdi pendant quelques secondes et se fit ausculter par le médecin de service dans la salle du pesage avant d’être déclaré apte à participer à la course. Mount Hillaby rentra, lui, avec une
Sur le papier, Bandido Caballero parraissait capable de s’offrir sa quatrième victoire consécutive dans The René Maingard Cup où il était donné comme favori bien qu’il montait légèrement de classe, mais il fut stoppé par Pont D’Avignon qui en profita pour enregistrer sa deuxième victoire d’affilée, et sa quatrième sur notre turf. Cette course fut animée par plusieurs chevaux. Urbi Et Orbi fut le premier leader, mais il fut vite débordé par Pilot Mike avant que Shoddy Nick ne prenne le relais aux abords du Tombeau Malartic. Viento Magico, qui était à l’arrière du peloton, se montra ardent le nez au vent en début de descente et son cavalier choisit de lui filer les rênes pour lui permettre de se rapprocher de la tête de la course. Contraint de progresser en épaisseur, il était évident qu’il allait payer cet effort dans la ligne d’arrivée. Pont D’Avignon hérita, lui, d’un meilleur parcours et il accrocha Why Worry avant de résister au retour de Bandido Caballero que l’on croyait avantagé par ces attaques prématurées, mais pour lequel le but arriva trop tôt cette fois.
Triplé de Joorawon
The America Challenge Cup ne fut qu’une simple formalité pour Nordic Warrior qui démontra qu’il vallait plus que sa dernière course où il s’était blessé au pied et où son fer s’était déplacé à l’antérieur gauche. Le sujet d’Alain Perdrau s’imposa par 7.40L, soit la plus grande marge pour un vainqueur cette saison. Joorawon fit le plus difficile en propulsant sa monture en tête dès l’ouverture des stalles. Par la suite, il laissa imprimer son propre rythme et lorsqu’il lui demanda un nouvel effort dans la ligne d’arrivée, il déposa ses rivaux pour gagner confortablement. Les 1500m furent couverts en 1.30.59, ce qui constitue une bonne performance lorsqu’on considère que les false rails étaient placés à 1M75 hier. Soulignons que Hot Rocket rentra à l’écurie distressed. Un examen endoscopic révéla la présence de boue dans sa trachée tout comme pour Princeton dans l’épreuve précédente.
Joorawon enregistra sa deuxième victoire de la journée sur le cheval de l’entraînement Allet, Dunraven, dont les harnachements furent enlevés un peu comme Isipho lors du douzième acte. Habitué à évoluer en attentiste, Dunraven surprit plus d’un en se positionnant en tête dès les premières encablures, tandis que Tembot qu’on espérait voir parmi le groupe de tête, fermait le cortège. Nullement inquiété, Rye Joorawon prit le soin de laisser souffler sa monture avant de lancer le sprint à 600 mètres du but. Une tactique qui ne servit pas les desseins du récent vainqueur Wing Man, qui préfère les courses rondement menées. Dunraven ne se désunit pas dans la ligne droite et avec seulement 55kg sur le dos, il résista à l’assaut du favori, handicapé à 62kg. C’était la première victoire de ce cheval au Champ de Mars.
Rye Joorawon frappa dans l’épreuve de clôture sur Craftsman, qui avait rejoint le yard d’Alain Perdrau il y a quelques semaines seulement. On se souvient qu’il avait été disqualifié après sa dernière victoire lors de la cinquième journée après que des traces d’un produit interdit eurent été découvertes dans son organisme. S’il avait été maintenu en pleine forme par son nouvel entraîneur, Craftsman avait toutefois contre lui le fait de s’élancer de l’extérieur complètement dans les stalles. Il eut des difficultés à surmonter ce handicap et fut même bousculé par Smitten qui ravit le commandement à Social Network à notre grande surprise pour. Une fois en pôle position, on pensait que David allait laisser sa monture s’oxygéner, mais tel ne fut pas le cas. Ce choix tactique fut peu judicieux, car Smitten plafonna pour échouer à 9.50L du vainqueur. Ce dernier entra dans la ligne droite finale sous la menace d’Amber Palace. Ce dernier commençant à verser à l’intérieur à 150m du but, poussant Bardottier à le diriger à l’intérieur de Craftsman. Mais au même moment, la monture de Joorawon commença à pencher sur sa droite. Amber Palace se retrouva ainsi dans les talons de son principal adversaire et il dut être repris à l’extérieur par Bardottier. Ce dernier logea une objection contre le gagnant, mais elle ne fut pas retenue après que les commissaires eurent pris en considération le degré d’interférence et la marge les séparant à l’arrivée.