« Pou nou, sa lendwra-la li enn plas sakre. Linn vinn enn sit inportan pou nou ek pou lemond antie. Zordi nou pe akonplir enn devwar adisionel. Nou lobzektif se garantir ki zeneration fitir konn soufrans bane esclav finn sibir ». Ce sont les propos du chef du gouvernement, Pravind Jugnauth, ce samedi 1er février dans le cadre du 185e anniversaire de l’abolition de l’esclavage célébré au sein du village du Morne.

Lors de son discours, il a fait ressortir que l’ancien hôpital militaire sera réaménagé en musée intercontinental de l’esclavage dans la capital. Ce projet sera mis sur pied en deux phases. « Pou premyer faz nou pa pe tous okin striktir existan », rassure-t-il. Il a rappelé que le village du Morne est un endroit sacré et que la reconstitution du village à Trou Chenille a été faite avec pour objectif de protéger nos souvenirs et garantir que la génération future connaisse la souffrance subie par les esclaves.

Cette année, c’est Abdoulaye Diop, le ministre des Arts et de la Culture du Sénégal, qui a été reçu comme invité d’honneur. Parmis les grandes lignes des célébrations, il y a eu des dépôts de gerbes au monument de la Route des Esclaves, l’inauguration d’un musée en plein air à Trou Chenille par Pravind Jugnauth, où vivaient les esclaves marrons au pied de la montagne du Morne, désormais classée patrimoine culturel mondial, ainsi qu’un programme culturel qui a clôturé la cérémonie officielle.