En l’absence de l’alliance gouvernementale sur le terrain, le meeting politique majeur du 1er-Mai 2013, celui du Remake 2000, a attiré une bonne foule mais le tsunami souhaité ne s’est pas totalement manifesté. Ce rassemblement qui s’est voulu sobre et sans tam-tam a surtout été marqué par la présence du leader historique des mauves, Paul Bérenger, dont l’arrivée et le discours ont été le point d’orgue de cette manifestation.
Coïncidence, le N°1 du parti en convalescence d’un traitement aigu du cancer de la gorge dont il est atteint est arrivé au moment où l’actuel leader de l’opposition, Alan Ganoo, intervenait. Vêtu d’un kurta blanc, Paul Bérenger a fait son apparition à la municipalité de Port-Louis accompagné de sa femme, qui faisait un come-back public remarqué et soutenu par ses proches et la hiérarchie du parti.
Le leader charismatique des mauves allait d’abord parler de sa maladie en remerciant d’emblée « le peuple, pour vos prières. Et mes enfants, trois bénédictions ! » Il devait dire que dans quelques jours il y aurait les résultats préliminaires qui seront suivis par des résultats plus complets dans trois à quatre mois. Qui devraient être définitifs car « nou pou fer cancer la ale ! »
Paul Bérenger a ensuite abordé le volet politique et il n’a pas manqué d’attaquer frontalement le gouvernement qu’il a qualifié de « gouvernma iresponsab ek kriminel. » Navin Ramgoolam en a aussi pris pour son grade : « Linn Premie minis pendan 13 an. 13 banane li finn gaspiye ! Si mo ti dan so plas, mo ti pou fer vré mirak ekonomik ! » devait-il marteler comme pour montrer l’incompétence de l’actuel titulaire au poste. Ceux qui craignait qu’il faiblisse de la voix ont eu peur pour rien car le leader en conge des mauves a, pendant quinze minutes, ravi et rassuré ses supporteurs que sa voix grave habituelle et persuasive était bel et bien là.
Il revint au leader du Remake 2000, sir Anerood Jugnauth, de conclure ce meeting traditionnel du 1er-Mai sur lequel l’adversaire du moment, l’alliance gouvernementale, avait opté de faire l’impasse. L’ex-président de la République martela la liste des scandales, arnaques, crimes et autres problèmes d’ordre sociaux qui ont fait la une de l’actualité et qui est selon lui « la marque de ce gouvernement incompétent, corrompu ek jouisseur. » « Zordi Navin Ramgoolam inn gayn so mesaz ! » devait déclarer SAJ. « Lepep inn plein ek li ! Lepep dir li lev pake ale ! ».
Plusieurs intervenants, dont Rajesh Bhagwan, Leela Devi Dookun, Pravind Jugnauth, Reza Uteem, Steeve Obeegadoo, entre autres, devaient reprendre les thèmes abordés durant la campagne d’un mois qui a précédé la tenue du meeting. À noter que le tandem Rakesh Gooljaury-Nandini Soornack, avec des effigies et un mannequin de cette dernière transformé en sirène et des montages de coupures de presse, ont été aussi la cible des intervenants et du public.
Auparavant, SAJ et Paul Bérenger avaient rendu hommage aux 11 victimes des inondations en allant se recueillir sur la stèle installée à cet effet.