Belle remontée que celle réussie par la Fédération mauricienne de Judo et Disciplines Associées dans le Hit Parade des Fédérations de Week-End. Après avoir occupé ces quatre dernières années la 4e place au classement, la FMJDA se retrouve à la 2e place, avec deux points additionnels (6.5 pts contre 4.5 pts l’année dernière), mais à un point seulement du leader 2012, la FMKB.
La réussite de la FMJDA, elle la doit surtout et avant tout à la performance de ses judokates à l’étranger. En effet, 2012 a marqué le retour en force du judo mauricien sur la scène internationale. C’est le moins qu’on puisse dire.Dès le début de l’année, deux judokates, à savoir Sarah Sylva et Christiane Legentil, se sont illusttrées lors des Championnats du Commonwealth qui se sont déroulés au Cardiff City au Pays de Galles. En effet, si la dernière nommée a ramené la médaille de bronze, par contre Sarah Sylvia a raté d’un rien une médaille d’or. Une performance qui avait mis de l’eau au moulin de cette discipline puisque par la suite cette même Sarah Sylvia devait gagner la médaille de bronze dans les Championnats d’Afrique junior , alors que la lourde Annabelle Laprovidence décroche, elle, le même métal dans les Championnats d’Afrique senior au Maroc.
Il était dit que 2012 allait être l’année du judo mauricien. Puisque «invitée» pour les Jeux Olympiques de Londres, la Mauricienne d’origine  rodriguaise décroche une 7e place au classement final et se permet le luxe de battre largement une championne d’Afrique. Sur le plan des résultats, la FMJDA peut se targuer d’avoir pu réaliser un palmarès important cette saison. En stage de perfectionnement en France, les Christiane Legentil et McLeon Paulin ont réussi des coups importants lors de leur participation dans plusieurs compétitions, dont une médaille d’or pour Paulin au Tournoi de Luxembourg. Cette bonne série s’est poursuivie jusqu’au week-end dernier où l’équipe de Maurice a gagné 7 des 12 médailles d’or de la compétition de la CJSOI.
C’est sans doute à cause des performances des athlètes que la FMJDA a gagné des points dans notre classement. Car il faut encore dire que la gestion de cette fédération n’est pas tout à fait ce qu’elle doit être pour une instance qui a un «turn over» très important. A titre d’exemple, la commission technique de la FMJDA devrait être à notre avis mieux organisée et surtout devrait proposer de nouvelles avenues pour les jeunes judokas. La gestion de la FMJDA, même si elle n’est pas tout a fait professionnelle, elle reste, dans bien de situations, efficace. L’organisation des compétitions  est devenue plus espacée, mais la communication  n’est toujours pas bien réglée au dojo de GRNO. Par contre, la FMJDA a réussi son pari de porter le judo sur la scène régionale avec des actions concrètes grâce au soutien de la télévision nationale.
Reste que la FMJDA a aussi besoin d’un plan pour mieux s’implanter dans les régions, surtout dans des conditions beaucoup plus appropriées pour la pratique de cette discipline. Visiblement la décision de la FMJDA de travailler avec le TFES porte ses fruits.