Dans le cadre de la célébration de ses 40 ans, Ledikasyon pu travayer (LPT) vient de rééditer trois ouvrages : Mor lao burik, de Charles Baissac, Zistwar Aesop, traduit par Micaëlla de Souza, et Fri, de Henri et Marie-France Favory. Ces publications sont utilisées dans les cours d’alphabétisation par LPT avec, en outre, Bef, Kaptu et Mo mama, de Henri Favory. Ils ont été choisis pour leur profondeur et leur fraîcheur par l’association, qui adopte une pédagogie visant à développer la créativité de ses étudiants.
Si LPT a choisi d’enseigner la langue créole (la lecture et l’écriture des mots) par des moyens plaisants, il opte avant tout pour la valorisation de l’apprenant en lui permettant de s’approprier sa propre parole dans un premier temps. « Premyer zour kan zot vini, pena liv. Nou deman saken rakont enn zafer ki importan pou zot, ki ena valer. Nou ekrir li mo pou mo direktema kan zot pe dir. Sa permet li guet so prop veki, an mo, lor papye parski tou letan, nou truv ce ki le zot dir ce ki lezot ekrir. La, se ki li dir trouv so valer et li apran par so prop tesk : so prop lide soi prop lekritir. Se enn pwin sentral pou nou », affirme Alain Ahvee, de LPT, dans une rencontre avec Le Mauricien. Ensuite, les formateurs passent à l’apprentissage des mots à l’oral à travers la chanson Bef, de Henri Favory. « Enn gran tapaz lor sime/Ki pase la/Ki pase la/enn gran tapaz lor sime/befsaryesofardo/Enn bef/enn bef/… ». Ici, Alain Ahvee attire notre attention sur le rythme et la répétition. « Sakenn tann so ler, habitye ar li et apran li. Nou osi, a traver enn seri 25 à 30 mo eksplikzot kouma zot kapav ekrir tou ban lezot mo avek dekoupaz bann son. Par ekzam pran mo zanimo, avek za kapav fer : za, ze, zi, zo, zu… et ainsi de suite. » Après quoi les étudiants apprennent à faire une lecture visuelle du livre à partir de sa première de couverture – « Nou montre zot ki ena bann elema ki revini dan sak liv : so tit, so oter, so publisher, so tab des matyer… » – à la quatrième. Alain Ahvee note que la police de caractère utilisée est importante mais aussi la manière dont certains mots sont écrits, détachés ou imbriqués les uns aux autres. « Kan zot inn konn sante la par ker, zot kapav suiv li. Lekritir la gro. E o nivo viziel, par ezamp, nou pran “befsaryesofardo” ki atase, li permet zelev la truv sa zimaz bef ek so fardo kouma enn sel. »
Après Bef, le formateur enchaîne avec des textes poétiques, Kaptu et Mo mama, avant d’aller vers l’histoire de Charles Baissac, Mor Lao Burik, publiée pour la première fois en 1880 et qui recèle de l’humour. Dans la présente publication, on note aussi la version originale du texte, qui permet de prendre connaissance du créole de l’époque avec une graphie différente de celle utilisée aujourd’hui. « Nous analysons ensuite des textes plus élaborés, comme “Misyon garson” », de Lindsey Collen.
Alain Ahvee indique que LPT a choisi de publier des ouvrages dans le cadre de ses célébrations parce que l’alphabétisation des adultes fait partie de sa genèse. Elle a sorti Laport la, une collection de poésies originales, et Lagrev ut 79: Prinsip ki Guvern Tu Lagrev, de Ram Seegobin, récemment. Le porte-parole de LPT revient sur cette histoire en soulignant qu’au début, l’association ne disposait pas de textes en créole pour mener à bien ses cours. Ainsi, il lui fallait proposer ses propres textes : « Ekrir ek aranz 200 kopi enn liv, antierman a lamin, enn par enn. » Le Premier avait été Bann Poruz. En 1981, LPT ouvre sa propre imprimerie et commence à produire des livres. « Avec le nombre d’adultes formés à la lecture et à l’écriture, cela crée une demande pour la littérature créole. C’est ainsi que LPT lance son concours littéraire, qui a fait émerger un certain nombre de plumes mauriciennes. On commence alors à avoir de nouveaux textes pour satisfaire un nouveau lectorat dans sa langue maternelle. Avec le concours, on a une demande de ceux qui sont intéressés pour une formation en “creative writing” et c’est ainsi que nous avons lancé ce projet également », fait ressortir notre interlocuteur, qui insiste sur le plaisir et la sécurité que procure une lecture dans sa langue maternelle. « C’est émotionnellement très fort. D’ailleurs, nous voyons cela dans les cours d’alphabétisation. »