Il ne fait plus aucun doute qu’il sera très difficile aux autres pays de la zone de contenir le tennis malgache lors des prochains Jeux des îles à l’île soeur. A onze mois de l’échéance (1er-8 août 2015), confirmation nous a été bien donnée quant à la participation de l’élite malgache masculine à cet événement.
« Nous n’allons pas présenter de joueurs locaux aux Jeux des îles l’année prochaine », assure le DTN malgache, Dina Razafimahatratra. Autant dire que même pour La Réunion, pays hôte, la réception promet d’être très chaude. Cette élite malgache dont fait partie Jacob Rasolondrazana, qui évolue depuis plus d’une année à Maurice, est en campagne de Coupe Davis. Après trois ans, elle est remontée dans le groupe 2 mondial, nous confiait le coach Harivony Andriamafetra.
Ce dernier était de passage à Maurice avec les jeunes tennismen malgaches lors du double circuit ITF-CAT U12-14 qui a pris fin samedi dernier au centre de Petit Camp. Il était là avec Dina Razafimahatratra, le directeur technique national du tennis malgache. Deux hommes qui avaient été médaillés aux Jeux des îles en 1998 et qui apportent leur expérience à la formation et à la préparation de la jeune élite de leur pays.
« L’année prochaine, nous aurons également la Coupe Davis. C’est aussi un événement majeur outre les Jeux des îles. Nous avions déjà été en groupe 2, il y a trois ans. Mais nous avions perdu contre le Luxembourg à Madagascar, puis contre la Pologne en Pologne. Donc, nous sommes retombés en groupe 3. Mais là, nous aspirons au maintien », indique Harivony Andriamafetra.
Cette équipe malgache de Coupe Davis compte dans ses rangs quelques éléments de valeur, tous des expatriés, notamment, le dénommé Antso Rakotondramanga, qui a été « vice-champion du monde universitaire », ainsi que Lofo Ramiaramanana, celui-ci connu à Maurice et du circuit africain, Tony Rajaobelina, Jacob Rasolondrazana et le capitaine de l’équipe Thierry Rija Rajaobelina.
On avait pensé que Jacob Rasolondrazana était le n°1 malgache du simple hommes, à qui personne ne résiste depuis qu’il est arrivé à Maurice en mai 2013. Mais il y a meilleur que le champion en titre des Jeux des îles. « Le n°1 c’est bien Antso Rakotondramanga. Il est au-dessus. Les trois autres se valent, mais Jacob avait obtenu le titre aux Jeux des îles 2007 (Tana) aux dépens de Tony. C’est sûr qu’ils ont tous un assez bon niveau », avise Dina Razafimahatratra.
Pour la Coupe Davis, c’est le capitaine de l’équipe qui a été chargé par le ministère malgache des Sports de coordonner à distance la préparation des expatriés, précise également le DTN. « Pour l’instant, ça se présente bien pour l’équipe. Reste à voir quel sera l’apport du ministère à leur préparation ».
Cette élite malgache devra également et impérativement participer aux championnats nationaux de la Grande île qui surviendront au mois de juillet 2015, soit juste avant les Jeux des îles, pour y effectuer les derniers réglages. « Ils ont tous pris l’engagement de se libérer précisément à cette période pour être sur place selon une clause qui a été ratifiée. Ils seront invités aux championnats nationaux avant de partir à La Réunion. Nous n’allons pas présenter de joueurs locaux aux Jeux des îles ».
Quant à la sélection féminine malgache, elle pourrait également faire très mal avec ses expatriées telles Sarah Razafimahatratra, Nantenaina Ramazahnarivololona, Sandra Andriamarosoa, entre autres, toutes placées sous les ordres de leur capitaine Natacha Randriantefy. Cette dernière, on se souvient, avait déjà figuré dans les 300-400 mondiales WTA dans le passé, alors que sa soeur, Dally, avait été dans les 50 mondiales. Pour l’heure, Sarah Razafimahatratra se positionne en n°1. Elle est en lice pour la Fed Cup et avait été en 2010 et 2011 championne d’Afrique U18, alors encore âgée de moins de 16 ans.
S’agissant des jeunes raquettes qui ont marqué leur passage à Maurice du 27 septembre au 4 octobre dernier dans le circuit ITF-CAT, ils sont déjà bien partis pour assurer la relève. « En U14, ils sont deux filles et deux garçons dans le dispositif de sport-études qui été mis en place en mars 2014 et sont passés de 3 à 5 séances par semaine de lundi à vendredi. C’est moi qui m’occupe d’eux. Les garçons ont 15 ans. L’un est champion de 2e série et a été demi-finaliste en U16. L’autre joue en 3e série hommes et a été quart de finaliste en U16 ».
Du côté de La Réunion, Philippe Gruchet, entraîneur de la ligue, laisse lui entendre que l’ossature de la sélection est également composée d’expatriés ayant un classement français dont Robert Quentin (-4), Kevin Rivière (-2), Pauline Payet (-15), Angela Leweurs (-15), Célia Respaut (-4) et Emmanuelle Girard (0). « On est en train de mettre en place des regroupements qui commencent ce mois-ci. Quatre joueurs et quatre joueuses seront sélectionnées. Nous ferons aussi appel aux créopolitains pour qu’ils reviennent. Madagascar sera effectivement très forte. Mais cela va être un jeu très ouvert, car on ne sait pas comment ça va tourner à Champ Fleuri l’année prochaine ». Le ton est donné.