Paul Bérenger, Navin Ramgoolam, Xavier-Luc Duval et Roshi Badhain se sont engagés chacun à revoir les conditions de travail des artistes et les tarifs qui leur sont offert (à savoir, la somme obtenue lors de la diffusion de leurs morceaux), si toutefois ils reprenaient les rênes du gouvernement.

Les leaders des partis politiques assistaient ce dimanche 27 octobre à un rassemblement des artistes à Plaine Lauzun.

A noter que l’alliance MSM/ML était le grand absent de cette rencontre. Aucun de leur représentant n’a jugé nécessaire de se présenter.

« Pran nou kont ». C’est le cri de coeur des artistes mauriciens, agaléens et rodriguais qui se sont réunis ce matin pour rallier les politiciens à leur cause.

« Un peuple sans culture est comme un arbre sans racine », a plaidé Bruno Raya, porte-parole des artistes, qui animait le rassemblement.

Des revenus restés figés depuis 2008, l’insécurité d’emploi, le manque d’infrastructures pour les performances artistiques, “l’incompétence” de la MASA et du ministère des Arts et de la Culture, entre autres, ont été décriés par les différents orateurs.

Tour à tour, les leaders des partis politiques sont montés sur l’estrade pour s’engager face aux artistes, et la population.

Comme l’avaient proposé les travailleurs de l’industrie musicale, Roshi Badhain a promis de mettre sur pied un National Council of Arts.

Paul Bérenger, lui, a préféré ne pas avancer de chiffres concernant les tarifs, stipulant néanmoins qu’ils devront être réajustés en fonction de l’inflation.

Navin Ramgoolam, comme Xavier-Luc Duval, ont rejoint le même point que les précédents orateurs. Xavier-Luc Duval a rajouté que les artistes peuvent compter sur l’appui de l’Alliance Nationale.

Zanzak Arjoon, membre de l’Association des auteurs compositeurs, Richard Hein et Joelle Coret, artiste locale, ont également pris la parole ce matin à Plaine Lauzun.

A noter que les artistes ont eu l’occasion de s’exprimer face aux leaders politiques.