Ce sont des prédateurs sexuels qui s’attaquent à leur proie en passant par des réseaux sociaux. Les autorités se préparent à être confrontées à un nombre croissant de cas où les cibles sont majoritairement des mineurs. La vigilance est de mise, préviennent les instances concernées.
“Cette menace prendra de plus en plus d’ampleur”, prévient Me Ashok Radhakissoon, légiste et ancien membre de l’ICTA. C’est un phénomène qui est connu comme le cyber grooming ou le cyber stalking : des pédophiles entrent en contact avec des cibles potentielles en passant par les réseaux sociaux. “La façon de procéder du prédateur pédophile est très calculée”, confie Me Ashok Radhakissoon. Le prédateur ne laisse rien au hasard et élabore un plan machiavélique pour étouffer les soupçons de ses cibles avant de les piéger définitivement. “La personne essaie d’avoir une rencontre avec son interlocuteur à travers un échange. Elle prépare le terrain en vue d’une rencontre et éventuellement d’un abus.”