Une pompiste de 44 ans, témoin de l’accident survenu hier à la station-service de l’Indian Oil de Wooton, a donné sa version des faits à la police. Elle avance qu’elle était de service avec ses collègues Rohit Gobin et Daniel Lamarque, âgés tous deux de 58 ans, depuis 9h ce matin-là.

Peu après 11h, elle a vu que le 4×4 de la police, roulant sur le New Trunk Road, est entré à vive allure dans la station-service. « 4×4-la ti pe roul vit ek monn gagn per monn leve pou sove. Mo pann gagn letan kriye mo bann kamarad », dit-elle.

La quadragénaire avance avoir vu le véhicule percuter de plein fouet Rohit Gobin qui a perdu connaissance, alors qu’elle n’a pu bien voir les circonstances des blessures de Daniel Lamarque. Ce dernier était conscient et lui a dit qu’il souffrait atrocement aux pieds. Le véhicule a évité une pompe à essence pour terminer sa course contre un mur.

La pompiste a immédiatement alerté le SAMU, alors qu’elle a vu les deux policiers sortir indemnes du 4×4 accidenté. Une ambulance a transporté les deux blessés à l’hôpital Nehru de Rose-Belle, où Rohit Gobin est en observation à l’Intensive Care Unit. Son état est jugé sérieux, alors que Daniel Lamarque a eu la jambe fracturée. Le chauffeur et son collègue ont, eux, subi de légères blessures et se sont rendus à l’hôpital Victoria, à Candos.

C’est la CID de Curepipe qui a pris possession du dossier sur l’accident impliquant le 4×4 du poste de police d’Eau-Coulée. Les enquêteurs ont sollicité la direction pour visionner les caméras de surveillance se trouvant sur place afin de comprendre le déroulement de ce grave accident.

Ils souhaitent surtout connaître la vitesse à laquelle roulait le conducteur. Ce dernier, un constable de 31 ans, était en compagnie d’un collègue, et faisait route vers Eau-Coulée, où se déroulait une marche pacifique dans le cadre de la Journée de l’élimination de violence contre la femme.

Pour des raisons inconnues, ils se sont déviés de leur chemin pour entrer dans la station-service. L’alcootest pratiqué sur les deux policiers s’est avéré négatif. Ils n’ont pas encore donné leur version des faits pour expliquer les circonstances de cet accident.

Du côté des Casernes centrales, on nous informe que les véhicules qui sont mis à la disposition de la police sont sujets à des vérifications mécaniques au préalable. Néanmoins, un rapport du Scene of Crime Office est attendu après qu’une équipe a inspecté le véhicule accidenté qui a été mis sur route en 2017. La police a toutefois noté que la route était glissante, mais que la visibilité était, elle, correcte.

Par ailleurs, un caporal a logé une “precautionary measure” au poste de police d’Eau-Coulée après avoir appris qu’un sexagénaire a allégué qu’il lui a parlé après cet accident. Le caporal lui aurait dit que les procédures seront déclenchées à son niveau pour une enquête. Mais c’est la CID de Curepipe qui enquête sur cet accident. Dans sa version des faits, le policier a nié avoir parlé à cette personne, avançant que sa déclaration pourrait lui porter préjudice.