La magistrate Meenakshi Bhogun-Ramjutton, siégeant en cour de Rodrigues, a retenu la culpabilité d’un automobiliste, accusé d’avoir conduit en état d’ébriété et heurté un motocycliste qui a dû être admis à l’hôpital. La sentence sera prononcée ultérieurement.
Thierry Lamto a été trouvé coupable d’avoir blessé Angelo Raffaut et conduit son véhicule avec une concentration d’alcool de 194 mg, soit au-delà de la limite légale. L’accusé avait plaidé non-coupable aux deux charges d’accusation. Il était représenté par Me Rex Stephen.
Le PS Perrine, Main Enquiring Officer, a déclaré en cour qu’il est intervenu sur les lieux à Pointe-La-Gueule à la suite d’une collision entre un 4×4 et une motocyclette. L’officier a indiqué qu’il n’a pu effectuer d’alcotest sur la victime vu son état de santé après l’accident.
Appelé à la barre des témoins, Angelo Raffaut a soutenu en cour que le jour de l’accident, il roulait à moto en direction de Baie-aux-Huîtres quand vers 17 h 50, un véhicule venant en sens inverse a quitté sa voie et a roulé droit sur lui. La victime a indiqué à la cour qu’il ne se souvenait pas de ce qui s’est passé par la suite ni à quelle vitesse roulait le 4×4. La victime a précisé que les phares du 4×4 l’avaient aveuglé et qu’il ne pouvait expliquer comment l’accident s’est produit.
Les versions de l’accusé ont été produites en cour. Dans sa première version, Thierry Lamto a déclaré qu’il était arrivé à la hauteur de Pointe-La-Gueule quand il a entendu du bruit. Il a alors vu plusieurs personnes s’approcher de son véhicule. Paniqué, il aurait pris la fuite. Après deux heures, il a alors décidé de se rendre au poste de police de Port-Mathurin. L’accusé s’est alors soumis à un alcotest qui s’est révélé positif. Dans une troisième version donnée à la police, l’accusé a admis qu’il conduisait sous l’influence de l’alcool et qu’il était responsable de l’accident qui a causé des blessures à Angelo Raffaut.
Dans son jugement, la magistrate a apprécié la gravité des blessures infligées au motocycliste vu qu’il a dû être transféré à Maurice pour des soins et que quatre mois après l’accident, il était toujours sous traitement. La magistrate a également pris en considération les aveux de l’accusé dans ses dépositions à la police où il admet qu’il conduisait en état d’ébriété et qu’il était responsable de l’accident causant de sérieuses blessures à la victime.