Une construction à proximité d’un pont à Tranquebar empêche l’eau de suivre son cours. Les habitations alentour sont souvent inondées et commencent à s’endommager, raison pour laquelle un appel est lancé aux autorités. D’autant que ces maisons, expliquent des habitants, « peuvent céder à tout moment ».
Des habitants de Bangladesh, Tranquebar, habitent près d’un pont d’où s’évacuait l’eau en période de grosses pluies. Or, depuis quelque temps, des constructions à proximité empêchent l’eau de suivre son cours habituel. Résultat : plusieurs propriétés sont inondées.  « Que se passera-t-il s’il pleut pendant une longue période à l’avenir ? » demandent ces habitants.  « En période de grosses pluies, certaines cours se transforment en rivière », déplorent ces derniers. Un appel est lancé aux autorités afin qu’elles agissent au plus vite avant que le pire n’arrive.
Certaines maisons ont même été fragilisées par l’érosion causée par le passage de l’eau. La maison de la famille Prevot, rue Gilles-Mallac, s’est dangereusement endommagée du fait des constantes inondations. « Lorsqu’il y a de grosses averses, toute l’eau est refoulée dans notre cour. Dès fois, cela provoque des accumulations jusqu’à deux pieds. Mais le plus grave, c’est qu’avec le temps, la fondation de la maison a été fragilisée par l’érosion provoquée par cette situation », disent les membres de la famille.
Si aucune action n’est prise, les Prevot craignent que cette érosion ne provoque l’effondrement de leur maison. Des démarches ont été entreprises auprès des autorités concernées pour trouver une solution à ce problème, mais jusqu’ici, rien n’a été fait.
Des constructions à proximité d’un pont, où l’eau s’évacuait, seraient la source de tous ces problèmes. Avec cette obstruction, toute l’eau qui descend des hauteurs de Tranquebar est de fait refoulée dans les cours. « Il faut trouver un système pour évacuer l’eau. En période de grosses pluies, notre cour est inondée. N’attendons pas un problème plus grave. » Les Prevot demandent ainsi aux autorités de réagir au plus vite. « Si cela continue, notre maison peut céder à tout moment. »