Dans un jugement rendu jeudi, la magistrate Niroshini Ramsoondar a rayé une charge de « coups et blessures causant la mort sans intention de la donner » contre un laboureur de 54 ans. Ce dernier avait été accusé d’avoir causé la mort d’un partenaire de beuverie, Sonalall Soobul, 43 ans, le 11 novembre 2013 à Cité-Beemanique, Cluny. Faute de preuves et vu que la victime avait déclaré à la police qu’elle n’avait pas été agressée, la cour a abandonné la charge retenue contre le laboureur.
Louis France Noël Brunet, un laboureur de 54 ans, a été acquitté en cour intermédiaire jeudi. Il était accusé d’avoir provoqué la mort de son ami et partenaire de beuverie, Sonalall Soobul, en lui infligeant des coups.
Dans la matinée du 11 novembre 2013, le corps inanimé de la victime, qui portait des blessures à la tête, avait été trouvé par un officier de police près d’un terrain de jeu pour enfants à Cité-Beemanique. La victime, transportée à l’hôpital pour des soins, devait rendre l’âme trois jours plus tard. Le rapport médico-légal du Dr Sudesh Kumar Gungadin a attribué la cause du décès à une fracture du crâne. Le Dr Gungadin avait conclu que les blessures en question étaient dues à une chute.
 L’accusé pour sa part avait fait quatre déclarations à la police, niant catégoriquement avoir agressé son ami. Louis France Noël Brunet avait indiqué que le 10 novembre 2013, il se trouvait en compagnie de la victime sous un badamier pour une partie de beuverie. Il avait passé sa cigarette à la victime mais quand il lui a demandé de la lui retourner pour prendre une bouffée, il avait remarqué qu’il y avait du sang sur la cigarette et avait refusé de la fumer. Selon l’accusé, une dispute a ensuite eu lieu sans pour autant qu’il y ait eu agression physique. L’accusé a mis l’accent sur le fait que la victime elle-même avait affirmé à la police qu’elle n’avait pas été agressée.
Dans son jugement, la magistrate Niroshini Ramsoondar a fait mention du fait que le corps de la victime avait été retrouvé au lendemain de sa dispute avec l’accusé, soit 18 heures plus tard, faisant état du fait qu’il n’y avait aucune preuve démontrant que l’accusé était en compagnie de la victime après leur dispute. De plus, il fut révélé que des policiers, qui faisaient une ronde dans l’après-midi du 10 novembre, avaient questionné la victime sur sa blessure aux lèvres; cette dernière avait indiqué qu’il avait fait une chute.
En raison de manque de preuves quant à la responsabilité de Louis France Noël Brunet dans le contexte du décès de Sonalall Soobul, la cour a décidé de rayer l’accusation portée contre l’accusé. Ce dernier était représenté par Me Neelkanth Dulloo alors que la poursuite était représentée par Me Denis Mootoo.