Comme prévu, c’est un élu du ML qui a été désigné, à l’unanimité, maire de Beau-Bassin/Rose-Hill hier lors de la prestation de serment des 24 conseillers. Ken Fong Suk Koon est désormais le premier magistrat des Villes Soeurs. Il aura pour adjoint Alain Cerveaux, un élu du MSM.
Le conseil spécial, présidé par le Senior Councillor Mahen Choolun, s’est tenu devant de nombreux parlementaires, dont le Premier ministre adjoint Xavier-Luc Duval et le ministre des TIC Pravind Jugnauth. Le PMSD, qui avait demandé à diriger deux villes, n’aura finalement qu’un maire à Curepipe. Interrogé par la presse à cet effet, Xavier-Luc Duval a déclaré que « c’est acceptable dans la conjoncture ».
C’est le conseiller Gilwyn L’Assiette qui a officiellement proposé le nom de Ken Fong Suk Koon comme nouveau maire, secondé par la conseillère Elvanee Anamalay. Le nouveau maire a ensuite proposé Alain Cerveaux comme adjoint, secondé par le conseiller Vishwamitr Ramjit. Ken Fong Suk Koon est un enseignant de comptabilité « connu pour son militantisme et son combat incessant pour les habitants de la NHDC, un homme au grand coeur qui se bat pour les démunis et donne même des leçons particulières gratuites aux enfants et adultes qui n’ont pas les moyens », selon les conseillers de l’Alliance Lepep. Il souhaite mener à bout différents projets pour la ville, à commencer par la rénovation du Plaza « avec un “time frame” bien défini et des clauses sévères pour tout acheteur potentiel concernant la qualité des travaux ». Faciliter l’accès à toutes les disciplines sportives pour toutes les couches sociales figurent également parmi ses priorités.
La rénovation des centres municipaux et du système de drains, le nettoyage de terrains en friche, le réaménagement du jardin Balfour, l’amélioration du système d’éclairage et booster la « nightlife » et le shopping sont d’autres projets figurant au programme. Le nouvel adjoint au maire, Alain Cerveaux, a pour sa part déclaré qu’il fera de son mieux « pour transformer les Villes Soeurs ». Il souhaite une meilleure formation pour les jeunes afin qu’ils soient mieux guidés à l’avenir, réhabiliter les valeurs du travail et assurer la protection des personnes âgées. Les conseillers de l’Alliance Lepep l’ont décrit comme « un travailleur social acharné qui donnera le meilleur de lui-même pour aider son prochain ».