Les deux filles du patron de l’ex-BAI, Dawood Rawat, à savoir Laina et Adeela Rawat, ainsi que l’époux de cette dernière, Claudio Feistritzer, ont comparu ce matin devant la magistrate Meenakshi Bhogun en cour de Curepipe dans le cadre de l’affaire BAI. Les soeurs Rawat avaient demandé la radiation des charges provisoires à leur encontre. La poursuite, représentée par le procureur Itram Baboo, a informé la cour qu’il n’y avait « aucune objection » à ce que les charges soient rayées. Le « prohibition order » qui pesait sur tous trois a également été levé. À leur sortie du tribunal, les filles de Dawood Rawat, émues, n’ont pas caché leur soulagement. « C’est un grand jour, on savait qu’on n’avait rien fait de mal. Beaucoup de personnes ont souffert », ont-elles déclaré. Laina et Adeela Rawat comptent très vite rejoindre leurs parents, qu’elles n’ont pas vus depuis longtemps.
Alors que l’affaire devait être appelée jeudi prochain pour connaître le stand du DPP, Adeela et Laina Rawat et leurs époux se sont présentés en cour de Curepipe ce matin dans le cadre des charges provisoires retenues contre eux après le démantèlement de l’empire BAI. Lors de la dernière audience le 22 avril, la poursuite, alors représentée par Me Denis Mootoo, avait obtenu un ultime renvoi après la motion de l’avocat des soeurs Rawat, Me Gavin Glover, SC, pour la radiation des charges provisoires. La magistrate Meenakshi Bhogun avait fait comprendre que si le DPP n’était cette fois pas prêt, la cour radierait les charges.
En cour ce matin, le Prosecutor Itram Baboo a déclaré qu’il n’y avait « aucune objection » à ce que les charges soient rayées. Les “prohibition orders” qui pesaient sur Adeela et Laina Rawat de même que Claudio Fiestritzer ont aussi été levés.
Laina Rawat faisait l’objet de trois accusations provisoires en cour de Curepipe : « fraudulent use of company property », blanchiment d’argent pour le transfert à l’étranger d’un montant de plus de Rs 6 milliards, et complot pour avoir maquillé les comptes des compagnies du groupe BAI en vue de « mislead investors and avoid massive impairment of the investment held by BAI Co Ltd ». Claudio Alejandro Fiestritzer, l’époux d’Adeela Rawat, répondait de trois accusations provisoires, soit de « fraudulent use of company property », « conspiracy » et « false statement ». Adeela Rawat, elle, répondait d’accusations provisoires de « conspiracy », « money laundering » et « fraudulent use of company ».
À leur sortie du tribunal, Laina et Adeela Rawat, émues, n’ont pas caché leur soulagement. Elles ont tenu à remercier leurs hommes de loi et toutes les personnes qui les ont soutenues durant « cette lutte », qui disent-elles, n’a pas été facile. « We knew that is was not true. Aujourd’hui la vérité a triomphé. C’est une grande victoire pour nous. Beaucoup de personnes ont souffert dans cette affaire. Nous avons hâte de revoir nos parents. Ils sont vieux », a déclaré Adeela Rawat.
Les filles de Dawood Rawat disent avoir une « pensée spéciale » pour les clients du Super Cash Back Gold. « Nous sommes toujours avec eux dans leur lutte », ont-elles déclaré. Claudio Fiestritzer a, pour sa part, souligné que les choses vont maintenant « changer » avec ce développement. « Today is the judgement day that is going to change the game. They have been succeeding for quite a while but the picture is going to change », a-t-il déclaré. Il a également déploré le système de charges provisoires à Maurice, qui fait « beaucoup de mal aux personnes qui se voient accusées du jour au lendemain ».