La fille de l’ancien chairman de la BAI avait demandé à la juge Gaytree Jugessur-Manna d’intervenir afin de retirer l’ordre qui la privait de récupérer sa voiture, d’une valeur de Rs 5 millions. Elle avait logé en ce sens un nouvel affidavit pour réitérer sa demande. Après plusieurs tentatives, Adeela Rawat-Feistritzer était toujours suspendue à la décision de la Financial Intelligence Unit (FIU) alors que les deux parties auraient dû parvenir à un accord. Devant le refus de la FIU de prendre une décision, la plaignante avait demandé à la cour de trancher. Ce que la juge Gaytree Jugessur-Manna a fait en enlevant l’ordre en question, accédant ainsi à la demande d’Adeela Rawat, laquelle avait soutenu que les charges provisoires qui pesaient sur elle avaient été rayées et que la FIU n’avait dès lors aucune raison de continuer de détenir sa voiture.
L’avoué d’Adeela Rawat a formulé une demande pour que l’ordre soit rendu exécutoire. À noter que dans sa plainte en réclamation, Adeela Rawat avaient affirmé avoir perdu deux appartements à Floréal d’une valeur de Rs 25 M et Rs 22 M. Elle fait aussi mention de sa Mercedes. Son époux, Claudio Feistritzer, et elle ont logé une plainte en Cour suprême réclamant chacun des dommages de Rs 100 M à l’État, au commissaire de police et à l’ACP Heman Jangi. La fille de Dawood Rawat a affirmé que suite à son arrestation, le 17 juin 2015, elle a subi d’énormes pertes financières car s’étant retrouvée sans argent après que ses biens aient été saisis. Son époux évoque quant à lui des dommages occasionnés à leur réputation.
Les défendeurs ont signifié leur intention de résister à la plainte. Leur défense est attendue. L’affaire sera de nouveau appelée devant la Master and Registrar de la Cour suprême le 19 septembre.