La lumière au bout du tunnel, les 32 employés de Bedino & Co ne la voient point. Dans une missive au Ministère du Travail et transmise à la presse, Atma Shanto met en exergue plusieurs zones d’ombre dans le non-paiement des salaires (depuis novembre dernier). Ce matin, les employés de la compagnie ont été contactés par leur supérieur hiérarchique pour qu’ils se rendent à l’usine. Cependant, à leur grande surprise, l’usine de Rose-Belle était fermée. Pour rappel, en dépit des manifestations et discussions avec le directeur et le ministre du travail, les employés sont restés sans salaires depuis le mois de novembre, prime de fin d’année comprise.

De plus, lundi 22 janvier, une employée de cette usine de bijouterie a été interpellée par la police de Sodnac.  Selon Atma Shanto, il faut dénoncer ce qu’il considère être un acte répressif de l’employeur. « Depuis 10 ans, Paquerette Annette, employée de Bedino & Co, gère les clés de l’usine. On nous apprend qu’elle a été arrêtée arbitrairement et nous n’avons pas plus de détails au niveau des Charges; ce n’est pas normal vis-à-vis des employés innocents. Une première tentative d’avoir ces clés a été faite par certains représentants de la société il y a quelques jours; de plus, des menaces ont commencé à pleuvoir au sein de l’entreprise », a-t-il affirmé au Mauricien.com en ce matin du mardi 23.

Le syndicaliste Atma Shanto en compagnie des employés lors d’une manifestation

Par ailleurs, il est avancé dans cette lettre que lorsque tous les travailleurs ont réclamé leurs salaires et la prime de fin d’année aux représentants, ils ont subi des menaces de la part des directeurs.

Le syndicaliste s’insurge contre le flou qui persiste quant à la situation des travailleurs de Bedino. « Nous avons envoyé cette lettre au Ministre du travail, Soodesh Callichurn pour connaître sa position dans cette affaire, et nous réclamons une enquête approfondie » a ajouté le Président de La Fédération des Travailleurs Unis.