Le procès intenté à Joydeep Beeharry, Udaysing Ramdonee et Gavin Vèle Govinden dans l’affaire Mauritius Duty Free Paradise pour « fraudulent use of property » se poursuit devant les magistrats Vijay Appadoo et Panray Sewpal. Hier, la défense, qui continuait le contre-interrogatoire du CI Goorah, a déploré que les documents envoyés au DPP ne contiennent pas la liste des bénéficiaires de cadeaux, ce qui aurait fait pencher la balance.
Lors du contre-interrogatoire du CI Goorah, la défense l’a confronté aux questions qu’il avait posées à Joydeep Beeharry lors de l’enquête, concernant les « cadeaux de fin d’année ». L’inspecteur devait révéler qu’il avait interrogé d’autres hauts cadres de cette boutique hors taxe et que ces derniers avaient affirmé qu’il recevaient des cadeaux pas uniquement en fin d’année. Me Yousuf Mohamed SC, l’homme de loi de Joydeep Beeharry, devait alors reprocher au témoin de n’avoir pas confronté l’accusé à la liste des bénéficiaires alors que Joydeep Beeharry avait expliqué que la MDFP envoyait habituellement des cadeaux à ses partenaires commerciaux, avalisés par le conseil d’administration. La défense a alors déploré que les documents envoyés par la police au bureau du DPP n’étaient pas complets, la liste des bénéficiaires n’ayant pas été communiquée. Pour la défense, cette omission aurait influencé la décision du bureau du DPP de poursuivre ces cadres de la MDFP. La défense soutient également que le CI Goorah a posé des questions à Joydeep Beeharry de façon arbitraire et qu’il aurait tenté d’« oblitérer » le nom de quelques personnes mentionnées sur la liste.
La poursuite, représentée par Mes Johan Moutou-Leckning et Medaven Armoogum, a fait ressortir qu’il y a déjà eu un ruling en leur faveur sur le fait d’interroger le témoin sur ladite liste. La poursuite a ajouté que la défense ne pouvait faire référence à une liste dont on ne connaît pas l’instigateur. Me Yousuf Mohamed a rétorqué que cette liste a été en possession de l’inspecteur Goorah pour les besoins de l’enquête et que la défense voulait seulement que Pravind Goorah identifie les noms pour établir si ces personnes sont employées à la MDFP. Ce à quoi la poursuite a objecté formellement.