C’est désormais au tour de la mère de Latchmee Devi Adheen, la plaignante, de se rendre au CCID. Agissant comme témoin, elle devra notamment confirmer aux enquêteurs si le PPS Tarolah avait réellement brandi la menace de lui faire perdre son emploi.
La mère de Latchmee Devi Adheen — qui a porté plainte au Central CID la semaine dernière contre le Private Parliament Secretary (PPS) Kalyan Tarolah pour envoi de messages indécents — est attendue aux Casernes centrales incessamment. Elle devra y donner sa version des faits sur toute cette affaire. Cette employée de la SIC, à Ebène, aura à confirmer les propos de la plaignante, qui avait déclaré que sa mère avait appelé le parlementaire après avoir découvert les échanges de messages, de photos et de vidéos entre Kalyan Tarolah et Latchmee Devi Adheen.
La mère avait alors demandé au député du MSM de couper tout contact avec sa fille, et le parlementaire lui aurait même présenté ses excuses. La mère devra, de plus, éclairer les enquêteurs au sujet des menaces alléguées de l’élu de la circonscription Grande-Rivière-Sud-Est/Montagne-Blanche à son encontre. Kalyan Tarolah est en effet suspecté d’avoir débarqué sur son lieu de travail, soit à la SIC, pour la menacer de lui faire perdre son poste.
Selon une source proche du dossier, la mère sera interrogée en tant que témoin. Ce n’est qu’après avoir vérifié toutes les informations à sa disposition que les hommes de l’ACP Devanand Reekoye prendront une décision sur la convocation du principal intéressé.
Par ailleurs, Latchmee Devi Adheen, 26 ans, s’est rendu une nouvelle fois dans les locaux du CCID, hier après-midi, où elle a consigné une déposition pour menaces. Elle a déclaré aux enquêteurs avoir reçu, à son domicile à Quatre-Soeurs, une lettre ne portant pas de signature; en revanche, le nom de Kalyan Tarolah figure dans le corps du courrier.
La personne ayant rédigé la lettre a menacé de l’agresser sexuellement et de lui faire du mal. Craignant pour sa sécurité, Latchmee Devi Adheen a déposé la lettre au CCID et a demandé à la police d’ouvrir une enquête dessus.
Les limiers ont envoyé l’enveloppe de la lettre au Forensic Science Laboratory (FSL) pour tenter de déceler des empreintes. Auparavant, Latchmee Devi Adheen s’était rendue à l’Information and Technology Unit de la police, où elle a soumis une copie des captures d’écran de son cellulaire, montrant les photos et vidéos échangées entre le député et elle.
Dans sa plainte à la police la semaine dernière, Latchmee Devi Adheen a avancé que le PPS Kalyan Tarolah lui aurait envoyé des photos intimes, dont des correspondances dans la soirée du 11 avril 2017, alors que ce dernier assistait à une séance parlementaire. La jeune fille a déclaré à la police avoir envoyé ses photos « dan lespwar pou gagn enn travay ». Elle a décidé de tout déballer après que le parlementaire aurait menacé sa mère de lui de faire perdre son emploi.
Soulignons que plus d’une semaine après l’éclatement de cette affaire, le PPS Tarolah ne s’est pas exprimé dessus et n’a pas été inquiété par la police.