Dans un procès qu’il a récemment logé contre le directeur des poursuites publiques, le Commissaire de Police et l’État, Bernard Maigrot, le suspect dans le meurtre de Vanessa Lagesse, réclame l’arrêt de la procédure qui risque de le conduire à un procès devant la cour d’assises. Il demande que les autorités précitées lui fournissent les preuves de son implication. Cette affaire a été appelée ce matin devant le Deputy Master and Registrar de la Cour suprême Nicolas Oh San-Bellepeau.
Le meurtre lui-même remonte au 10 mars 2001 dans la matinée. Le cadavre de Vanessa Lagesse, la victime qui était une styliste célibataire, avait été découvert dans son bungalow. Après une assez longue enquête policière, Bernard Maigrot a dû comparaître en tant que l’unique suspect dans une enquête préliminaire présidée par le magistrat Azam Neeroa devant la cour de district de Mapou.
L’enquête avait été enclenchée le 24 avril 2003 et, le 28 novembre 2007, Bernard Maigrot a été déféré aux assises avant que le DPP (c’était à cette époque le juge Gérard Angoh qui occupait ces fonctions) ne l’exonère de toute accusation criminelle le 2 juin de l’année suivante pour manque de preuves.
Le 23 mai 2011 toutefois, Bernard Maigrot a été informé par le surintendant Jhangi que la police détenait des preuves scientifiques contre lui concernant la mort de Vanessa Lagesse. Mais la police n’était pas en mesure de préciser quelles étaient les preuves. Une nouvelle fois Bernard Maigrot a été arrêté et placé en détention jusqu’à ce qu’il obtienne, peu de temps après, la liberté conditionnelle. Il lui a fallu fournir une caution de Rs 200 000, deux autres de Rs 300 000 chacune et signer un engagement de dettes de Rs 25 millions.
Toujours dans sa plainte, Bernard Maigrot soutient qu’il est privé de certains droits constitutionnels, dont celui d’être traité comme un accusé s’attendant à jouir d’un procès équitable, pourvu qu’on lui accorde les facilités auxquelles il a droit pour lui permettre de préparer sa défense.
Face à ses demandes, la partie défenderesse a soumis ce matin une liste des particulars qu’elle voudrait avoir. Le plaignant était représenté par l’avoué Me Jaykar Gujadhur.