Malchanceux jusque-là dans les épreuves classiques, Dame chance fut du côté de l’écurie Foo Kune, qui profita du retrait inattendu d’Albert Mooney pour enlever son premier graal grâce à Love Struck. Du coup, cet établissement confortait sa position en tant qu’écurie championne. Le malheur des uns fait le bonheur des autres. C’est bien connu. On se souvient encore du Barbé 2013, où l’écurie Foo Kune avait eu le malheur de perdre Top Seller sur lequel elle fondait de gros espoirs. Elle tient enfin sa première victoire classique et on ne peut que saluer tout l’entourage du cheval pour cette victoire.
Le retrait d’Albert Mooney pour cause de boiterie fut diversement accueilli. Certains sont mêmes allés jusqu’à applaudir la non-participation du cheval de l’écurie Rousset. Et on ne peut que condamner cet acte. Avant la course, il avait été décidé que Tandragee titillerait Albert Mooney et la tactique resta la même. Cependant, Yashin Emamdee dut sortir son cheval de son pas pour prendre la tête des opérations. Après 600m de course, on se dit qu’il n’avait aucune chance de bien terminer le parcours vu que notre chronomètre indiquait 36” 46.
Ice Axe était bien calé à la corde, mais on savait qu’il n’était plus le même compétiteur qu’on avait connu en 2012. Desert Sheik se retrouva à l’extérieur avec Liquid Motion à son intérieur. Liquid Motion paraissait le mieux placé des deux, mais lui aussi n’avait pas connu la même verve cette saison. Il fallait chercher encore plus en retrait pour essayer de trouver le vainqueur. Polar Royale évoluait en troisième épaisseur et amorça son attaque trop tôt. Love Struck précédait Bulsara, Man To Man, François Bernardus et Polar Bound.
À 600m de l’arrivée, il était difficile de pouvoir dire qui étaient ceux qui feraient l’arrivée. On avait éliminé Tandragee. On accordait moins de chances à Desert Sheik et surtout à Polar Royale. Ice Axe restait bien placé pour l’emballage final, tout comme Liquid Motion. Peu avant la dernière courbe s’amenèrent Love Struck et Man To Man. Tout restait possible avant que Liquid Motion ne mit le nez à la fenêtre. Ce fut cependant de courte durée car Love Struck se montra le plus tranchant pour l’emporter d’une demi-longueur. Desert Sheik devança de peu Man To Man pour la troisième place. Bulsara termina cinquième et ne fut à aucun moment capable d’influencer le résultat de la course. 25 sous par roupie furent retirés des gains de Love Struck suite au retrait d’Albert Mooney.
Avant de terminer, il serait bon de faire ressortir que Sherman Brown réalisa une très bonne course dans le sens où il put trouver une bonne position dans la course, alors que sa ligne extérieure le prédestinait à un parcours difficile et il aurait été nullement surprenant de le voir condamné en troisième épaisseur. Le Sud-Africain mérite d’être félicité.
Les autres courses
Triplé de Sherman Brown

1. Belle monte de Dinesh Sooful, qui s’appropria la première course de la journée de dimanche, après avoir brillé samedi avec Wing Man. Cette fois, il était associé au cheval de l’écurie Maigrot Zip It. Dinesh Sooful fit un grand pas vers la victoire, quand il put trouver une position après le passage du but pour la première fois. L’alezan était mal placé en épaisseur, mais il parvint à le diriger plus proche de la lice. Par contre, Please To Progress perdit des rangs et fut incapable de revenir par la suite. Au départ, Spacebeam et Double Grip avaient gâché toutes leurs chances en ratant leur mise en action. De la course, on pourra dire que Grand Baie se montra trop allant avec l’apport des oeillères et il fut incapable d’accélérer dans l’emballage final. Young Royal fit de son mieux et on serait tenté de dire qu’il aurait pu l’emporter s’il avait pu imposer son rythme et ne pas être contraint à faire l’extérieur de Surprising Dream durant tout le parcours. Ce dernier emmena le peloton dans la ligne droite finale avant d’être débordé par Young Royal. Zip It accéléra lui aussi et parvint à faire la différence. Shakleton termina bien mais ne put trouver le petit plus nécessaire qui lui aurait permit de faire la différence. Bonne fin de course de la part d’Inside Out, qui vint prendre la quatrième place. Ce fut sans doute la dernière victoire d’Hugues Maigrot comme entraîneur, qui a été reçu par une haie d’honneur à son retour à l’écurie après la course.
2. En regardant l’évolution de cette épreuve après les 600 premiers mètres, on se dit que les chevaux de tête éprouveraient des difficultés à bien terminer. La raison étant que cette première partie de la course avait été couverte à vive allure et que notre chronomètre affichait 37” 73. Certains pourront dire que le rythme n’était pas élevé, mais il l’était pour la catégorie de compétiteurs qui étaient en action. Ainsi, au depart, Tornado Man dut travailler dur pour prendre la mesure de Strum, qui avait aussi montré son intérêt pour mener les opérations. On avait les yeux rivés sur le favori Bandido Caballero. S’il n’était pas mal placé après 200m de course, il se retrouva en dernière position au début de la descente, quand Prince Alwahtan accéléra pour améliorer sa position. Mais, là aussi, on se dit que Robbie Burke pouvait ne pas avoir tort de laisser son cheval courir à son rythme. Mais les choses restaient difficiles étant donné qu’il avait tout le peloton à contourner. Robbie Burke dut attendre quelque peu avant de lancer sa monture, qui déboula à grandes enjambées la ligne droite finale. Reste qu’il avait concédé trop de retard et dut se contenter de la deuxième place, à un peu plus d’une longueur de Tornado Man. Une enquête fut ouverte sur le handling de Bandido Caballero et a été ajournée à mardi matin.
3. Vu la présence de plusieurs chevaux rapides, il était quelque part écrit que la victoire reviendrait à un finisseur. On avait porté notre choix sur Cash Lord, mais on n’avait pas tenu en ligne de compte qu’il aurait beaucoup de dead weight à porter. Ainsi, ce fut l’autre finisseur du lot, Lake Geneva, qui, on croyait, trouverait le parcours trop court, qui fit aisément la différence. On avait les yeux rivés sur Piquet et Maestro’s Salute. Ce dernier fut le plus prompt à bondir de sa stalle. Cependant, il dut laisser filer Man Of His Word pour ne pas brûler ses chances. Ce dernier imposa un rythme soutenu et obligea tous ses adversaires à attendre la ligne droite finale pour tenter quelque chose. On remarqua que Lake Geneva avait été lancé avant la dernière courbe, forçant Cash Lord à se diriger plus vers l’extérieur. À l’avant, Man Of His Word fit de la résistance face aux attaques de Piquet et de Maestro’s Salute et ne fut repris que par son compagnon d’écurie Lake Geneva. Maestro’s Salute domina de peu Piquet pour la troisième place.
4. M. Brightside pouvait appréhender le fait d’être titillé par Hunting Time durant le parcours. Si la monture de Cédric Ségeon conserva facilement la tête des opérations, il faudrait souligner que Hunting Time le talonna dans la descente, alors qu’il avait été repris après avoir parcours les 200m séparant le Tombeau Malartic du poteau de 800m en 10” 55. Rum Tum Tugger se retrouva dans une position idéale pour fondre sur les chevaux de tête et ce fut fait à l’entrée de la ligne droite finale. Cependant, on ne pensait pas que Ravatak le pousserait dans ses derniers retranchements en fin de parcours et rien qu’une encolure sépara les deux chevaux à l’arrivée. Le troisième, Hunting Time, fut relégué à plus de quatre longueurs. M. Brightside, lui, termina bon dernier. Il fut toutefois constaté qu’il avait saigné.
5. Simple formalité pour Kruger Rand avec 62 kg, alors qu’on pensait que les choses s’annonçaient plus difficiles. Il bénéficia toutefois de l’apport d’un lièvre en Winter Skye, qui ne laissa à aucun adversaire le soin de mener la course. Kimberly Al dut se résoudre à subir la loi de Winter Skye, qui imposa un rythme d’enfer une fois la descente entamée. À ce moment de la course, Kruger Rand concéda pas moins de 15 longueurs de retard avant de revenir sur les chevaux tête, quand Wonder Kid commença à se rapprocher. On se dit que Kimberly Al attendait la ligne droite finale pour passer à la vitesse supérieure. Il n’en fut rien quand Kruger Rand l’accrocha et il n’y eut point de lutte. Cédric Ségeon se permit même de ne pas se donner à fond tant sa monture était supérieure.
7. Avant le départ, Arful Prince désarçonna Rye Joorawon et ils ne furent que cinq chevaux au départ. Racketeer Blues rata complètement sa mise en action et démarra avec plusieurs longueurs de retard. The Pieman fut débordé par Freedom et Lucky Valentine. Ce fut ce dernier qui mena les opérations pour imposer un bon rythme à la course. Racketeer Blues avait recollé au peloton au début de la descente. Freedom attaqua le meneur dans la dernière courbe. Cédric Ségeon attendit la ligne droite pour profiter d’un passage à la corde. Sans être forcé à sortir les grands moyens, The Pieman forgea sa victoire et résista facilement au retour de Racketeer Blues. Lucky Valentine s’accrocha à la troisième place. Il est à noter que cinq sous par roupie furent retirés des gains du vainqueur suite au retrait d’Artful Prince.
8. On prévoyait une victoire de Kremlin Captain et le cheval de l’écurie Gujadhur fut exact au rendez-vous. Dans un premier temps, Darryl Holland voulut diriger les opérations mais préféra rester en deuxième position devant l’insistance de Kruger Millions. Cependant, Kremlin Captain maintint la pression sur le meneur, ne le laissant pas réduire la course. Ainsi, avant l’amorce du dernier tournant, il avait déjà été lancé pour sprinter vers le poteau d’arrivée. Ce qu’il fit agréablement pour devancer Rainstone. Kruger Millions s’accrocha à la troisième place devant Craftsman.