Illustration sécheresse. — CROPIX/SIPA

La sécheresse vire au scénario catastrophe dans la métropole sud-africaine du Cap: d’ici au 12 avril, les robinets pourraient être à sec et les habitants contraints de faire la queue pour recevoir leur ration quotidienne d’eau, sous la protection de la police.

“Je suis trop inquiet pour l’envisager”, assure Farrel Cohen, qui gère le Metropolitan Golf Club aux allées grillées par le soleil. “Personne ne sait à quoi s’attendre. Les gens se précipitent dans les supermarchés pour acheter de l’eau”. Après trois ans de sécheresse, la pire depuis un siècle, Le Cap, deuxième ville d’Afrique du Sud, pourrait se retrouver sans eau dans les prochaines semaines. Ce sera le “Jour Zéro”.

En novembre, il avait été fixé au 13 mai. Depuis, la situation n’a cessé d’empirer et la mairie obligée d’avancer à plusieurs reprises la date fatidique. Elle est désormais programmée au 12 avril. Le niveau d’eau dans les barrages, première source d’approvisionnement de la mégapole de 4 millions d’habitants, est dramatiquement bas.“On se retrouve dans une situation sans précédent”, a constaté mercredi Mmusi Maimane, chef de l’Alliance démocratique (DA), le parti d’opposition qui gère Le Cap. “Le +Jour Zéro+ est une possibilité bien réelle” et il suscite “peur et anxiété”.

Car la ville a beau avoir réduit de moitié sa consommation d’eau de 1,1 milliard de litres par jour en 2016 à environ 586 millions de litres actuellement, ses efforts restent largement insuffisants. Seuls 40% des habitants du Cap consomment les 87 litres d’eau qui leur sont actuellement alloués par jour et par personne.

Marna Esterhuizen, 40 ans, a renoncé aux longues douches. “J’ai maintenant un minuteur dans la salle de bains pour m’assurer que je ne dépasse pas les deux minutes”, explique cette mère de famille qui dénonce les comportements “arrogants et irréfléchis” de ceux qui ne se plient pas aux restrictions.

‘Inhumain’

La maire du Cap, Patricia de Lille, très critiquée pour sa gestion de la crise, a qualifié d’”inhumains” les contrevenants. “C’est quand même incroyable qu’une majorité de gens ne semblent pas se préoccuper” de la situation et “nous envoient la tête la première vers le Jour Zéro”.

Pour tenter d’éviter le scénario catastrophe, la muni- cipalité a notamment lancé des forages dans des nappes aquifères et ordonné aux Captoniens de réduire encore de 40% leur consommation d’eau. A compter du 1er février, leur seront alloués 50 litres par jour et par personne. L’équivalent d’une douche d’environ trois minutes.

Cauchemar Logistique

Déjà, l’économie de la ville, prisée des touristes du monde entier pour sa beauté naturelle, ressent l’impact de cette sécheresse historique.

“Le tourisme est frappé de plein fouet”, assure Farrel Cohen. “Je connais beaucoup d’étrangers qui ont annulé leur voyage”. Le centre-ville du Cap pourrait échapper à la coupure totale d’approvisionnement en eau, afin de ne pas trop pénaliser l’activité économique. Mais l’impact financier de cette crise d’un nouveau genre reste encore à déterminer.

En prévision du Jour Zéro, les forces de l’ordre sont mobilisées. Mercredi, la police a présenté à la municipalité un plan d’action d’urgence, avec déploiement des forces de l’ordre à chaque point de distribution d’eau et surveillance des réserves. “La question qui me taraude, c’est quand le Jour Zéro va arriver, comment éviter l’anarchie ?”, s’inquiète la dirigeante de la province du Cap-Occidental, Helen Zille.

“Si chaque famille envoie une personne chercher l’eau qui lui est attribuée, environ 5.000 se retrouveront à chaque point de distribution tous les jours. Ça va être un cauchemar logistique”, a-t-elle noté sur le site d’information Daily Maverick. La région du Cap reçoit généralement l’essentiel de ses précipitations de mai à août.

Mais compte tenu de ce très long épisode de sécheresse, “on ne peut pas prédire quand il va pleuvoir”, a prévenu Mme Zille avant de lancer un SOS. “Nous devons sauvegarder l’eau car nos vies en dépendent”.