– Présence d’ingénieurs mauriciens et étrangers pour effectuer des tests sur des coraux, étape impérative et décisive.

– Une jetée de 150 mètres de long prévue.

Si les travaux de la construction de la nouvelle piste d’atterissage progressent rapidement, en revanche, ceux de la nouvelle jetée n’ont toujours pas débuté. Même pas les travaux préliminaires, en attente de tests sur des coraux, impératifs avant de donner suite à la réalisation de cette construction. Des ingénieurs de la Water Research Division du ministère de l’Énergie et ceux d’une firme de consultants sud-africaine attendent que la mer se calme afin de monter sur la plateforme déjà installée en mer pour entreprendre lesdits tests.

Contrairement à la nouvelle piste d’atterrissage, dont les contours apparaissent déjà très clairement, la structure de la future jetée est encore très floue dans la tête des Agaléens. À l’exception de son emplacement, qui est connu, soit à une centaine de mètres de la jetée existante, et qui est en état de décrépitude. « On a dit que les travaux de la piste d’atterrissage et ceux de la jetée dureront deux ans. Nous sommes déjà dans la deuxième moitié de 2019 et nous avons l’impression que le contracteur a des difficultés pour démarrer la construction de la nouvelle jetée », observe ainsi un résident. « Il faut attendre les résultats des tests scientifiques sur les coraux avant de commencer les travaux, et on n’a pas encore entrepris ces tests. Ensuite, les échantillons seront analysés dans les laboratoires à Maurice. Cela prendra un peu de temps », indique notre interlocuteur.

Les experts, eux, sont sur place, mais sont freinés dans leurs opérations par l’état de la mer, qui est actuellement houleuse. « Durant l’hiver, chez nous, la mer est constamment démontée. De fait, la plateforme qu’on a installée pour les besoins de la construction de la jetée n’est pas stable », ajoute un travailleur de l’OIDC. Si tout se passe bien, l’archipel devrait être doté à l’avenir d’une jetée de pas moins de 150 mètres de long. Mais pour l’heure, les ouvriers indiens terminent la construction d’une jetée provisoire en béton afin de faciliter le débarquement des matériaux.

C’est précisément l’état de la mer, impraticable depuis quelques jours, qui a contraint les jeunes de l’Île du Sud fréquentant le MEDCO College à l’Île du Nord, à loger chez des parents et des amis pendant la période des examens de fin de deuxième trimestre. « Les traversées entre les deux îles sont très risquées en ce moment. Les parents de ces élèves ont fait les arrangements nécessaires pour trouver un hébergement chez des proches afin que leurs enfants ne ratent pas les examens », explique un père de famille au Mauricien.

En ce qui concerne la nouvelle piste d’atterrissage, les habitants sont agréablement surpris par l’avancée des travaux. En effet, trois-quarts de la superficie du terrain ont déjà été nettoyés et, parallèlement, les travailleurs indiens entreprennent des travaux de terrassement. À noter que la future piste sera dotée d’une tour de contrôle de 21 mètres de haut.

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal ou virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal) et Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal ou virement bancaire)
S’inscrire
Log In