Lancée en octobre 2011, Nirmal Seeds a obtenu 2 000 hectares de terre au Mozambique après avoir répondu à un appel d’offres de la Regional Development Company créée par le gouvernement mauricien. Cette entreprise locale compte produire des semences de riz pour nos agriculteurs et ceux de la région. Entre deux récoltes, déclare son directeur Shyam Bisnauthsing, elle proposera des pommes de terre et oignons pour le marché mauricien. Elle cherche aussi une centaine d’hectares de terre dans le pays pour créer une ferme modèle où elle cultivera des semences d’oignon, de maïs et d’autres légumes.
« La productivité agricole d’un pays dépend de la qualité des intrants. La semence est un intrant de base pour la productivité. Il est possible aujourd’hui d’obtenir des semences de qualité et résistantes aux diverses maladies grâce aux avancées technologiques », avance Shyam Bisnauthsing.
À Maurice, constate le directeur de Nirmal Seeds, la production de semences est en déclin avec la décision du ministère de l’Agro-industrie de réduire radicalement sa capacité de production. Selon lui, la production des semences hybrides favorisera le transfert de technologie et permettra la création de nouveaux emplois.
Shyam Bisnauthsing indique que la superficie sous culture d’oignons dans le pays est d’environ 250 hectares annuellement avec un rendement de 24,8 tonnes à l’hectare. « La totalité des semences utilisées est importée de l’étranger, et ce même si les variétés mauriciennes Bella Rose et Francia sont très demandées par les producteurs et consommateurs », fait-il ressortir.
Le directeur de Nirmal Seeds ajoute que le projet de produire des semences à Maurice aidera à préserver les efforts de la communauté scientifique mauricienne et des agriculteurs. Ce qui est également le cas, selon lui, pour le maïs dont la culture est d’une grande importance économique et la production se faisait auparavant en interligne de la canne à sucre.
Uniquement 48 hectares sont sous culture de maïs avec un rendement moyen de 6,8 tonnes à l’hectare. « La demande pour le maïs comme source d’énergie devrait accuser une hausse avec l’approche professionnelle adoptée dans la production du lait et de la viande et l’octroi de terres par les établissements sucriers sous le 2000 Arpents Scheme. Cela devrait ainsi augmenter la demande pour les semences », déclare Shyam Bisnauthsing.
Au Mozambique où elle a obtenu 2 000 hectares de terre, Nirmal Seeds s’intéressera aussi à la sécurité alimentaire des pays de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC). Shyam Bisnauthsing estime que ce problème qui affecte les pays africains ressemble à celui de l’Inde d’avant la Révolution Verte. « Ce problème peut être résolu en mettant en oeuvre la révolution indienne sur le continent africain. Une révolution qui a transformé la Grande péninsule, où régnait la famine, en un exportateur des produits alimentaires. »
S’agissant de la ferme modèle à Maurice, le directeur de Nirmal Seeds indique qu’environ Rs 24 millions seront investies dans le projet. Ses produits seront commercialisés par Island Chemicals Ltd qui vend déjà des semences de la pomme d’amour, de piment, de concombre, de soya et des légumes grimpants en provenance de l’Inde après une évaluation chez l’Agricultural Research and Extension Unit.