À la veille de la fête des mères, la femme a été mise à l’honneur au concert d’Alain Ramanisum. C’est en effet en compagnie de sa mère qu’il a débuté son concert Kadanse Morisien, en interprétant Fam. Un moyen pour le chanteur, originaire de Cassis, de passer un message à la jeunesse. “La mod zordi, se ekout bann paran”, a-t-il déclaré à la salle moyennement remplie du J&J Auditorium à Phoenix.
Prisonier, Elle, Sega Sexy, Zom Palab, La danse motocyclette… Le chanteur, qui compte plus de 20 ans de carrière, a interprété ses plus grands tubes. Tantôt ému, tantôt avec une pointe d’humour, il a prouvé à son public qu’il a su durer et devenir enn bebet sega.
Accompagné de deux choristes et de son groupe Ravanna (piano, batterie, percussions et cuivres), Alain Ramanisum s’est également amusé à entraîner son public dans une balade romantique en reprenant le tube de Mike Brant, Laisse-moi t’aimer.
Lors de ce concert de plus de trois heures, il s’est entouré de quelques artistes locaux. Les deux femmes de la soirée, Laura Beg (Dancehall Time, L’intensité l’amour) et Linzy Bacbotte-Raya (Die ti kre lomme) ont conquis le public par leurs voix et leurs costumes. Le jeune Gary Victor, affichant une réelle assurance scénique, a fait danser la foule, dan gos, dan drwat, avec son tube Zoli Mamzel. Fabien Cornelius, le candidat de The Voice, était aussi de la partie, Alain Ramanisum disant vouloir promouvoir les nouveaux talents de l’île. Tian Corentin, Ras Natty Baby et Nitin Chinien ont également participé à la fête.
Même si l’événement Kadanse Morisien a débuté avec une heure de retard, l’attente en valait la peine…