Dans le sillage de son « état des lieux » des partis politiques traditionnels de Maurice et de sa « conférence stratégique » sur le nationalisme et le mauricianisme, Lalit organise un « séminaire stratégique » de deux jours, les 1er et 14 juillet prochains sur le thème de « Lalit de klas ek internasyonalism ». Cet événement politique aura lieu au « Horl Mama Bul Later », au siège de Ledikasyon Pu travayer, à Grande-Rivière-Nord-Ouest.
« Ki fer li importan organiz sa seminer strategik-ka ? », s’est demandé Alain Ah-Vee lors d’une rencontre avec la presse jeudi pour expliquer les raisons de l’organisation de ce séminaire. Il était entouré de Radha Kisnasamy, Ram Seegobin, Roland Boussac, Rajni Lallah et de Lindsey Collen au siège de Ledikasyon Pou Travayer, à Grande-Rivière-Nord-Ouest, Port-Louis.
Selon Alain Ah-Vee, le monde « traverse depuis quelque temps une crise économique très grave, mais les capitalistes en Europe et ailleurs veulent que les travailleurs du monde portent seuls ce fardeau ». Il déplore qu’à Maurice, les partis politiques traditionnels (le Ptr et le MMM notamment) n’aient pas beaucoup fait pour faire diminuer notre dépendance du système capitaliste. Il explique que cette crise a de sérieuses conséquences sociales : la montée du coût de la vie et du chômage, l’émigration et les conflits familiaux et sociaux, entre autres. « Sel solisyon ki bann gouvernma propoze se bann plan dosterite dikte par la Banque Mondiale pou sap bann kapitalis », élabore-t-il.
Conséquences d’une telle politique : des soulèvements sociaux partout dans le monde pour protester contre ces mesures d’austérité, selon l’orateur. « Dan sa bann manifestasyon-la, bann manifestan fer bann demand ki dan program politik Lalit depi lontan : kontrol pri, kont privatizasyon, pou pli egalite », ajoute-t-il. « Bann protestater pe koz en faver enn ekonomi alternativ (voir encadré), ki pran kont lintere 99 % bann dimounn lor later, olie profi 1 % capitalis », insiste-t-il.
Dans le contexte de cet altermondialisme, poursuit Alain Ah-Vee, « bizin enn mobilisation le monde antie ». « Dan Moris, Lalit pe pronn lalit de klas depi so fondasyon », ajoute-t-il. « Sur le plan économique, Lalit réclame une politique économique alternative, le développement de l’agro-industrie et de la pêche ainsi que celui des énergies renouvelables », élabore-t-il.
« Cependant, il ne suffit pas d’avoir un programme politique ; encore faut-il avoir une stratégie politique, d’où ce séminaire pour en dégager une », a encore expliqué Alain Ah-Vee. « Une politique de classe est la seule politique capable de défier la politique néo-libérale actuelle qui a apporté ruine et désolation pour les peuples du monde entier », avance-t-il. « La lutte de classes est le seul espoir pour une société égalitaire », soutient-il.
Radha Kisnassamy a donné le détail du programme du séminaire (voir encadré).