Il existe, semble-t-il un univers parallèle au sein du ministère de la Jeunesse et des Sports. Sinon comment expliquer d’un côté que ce ministère émet une lettre pour dire que la révocation de Pascal Telvar est illégale et par ricochet le comité actuel de l’Association mauricienne de Boxe est illégale et que de l’autre côté le ministre des Sports décidait lui de porter cette affaire devant l’Ombudesperson for Sports, mais reconnaît dans la foulée que les procédures n’ont pas été respectées.
C’est l’étrange situation qui se dégage après la réponse donnée par Yogida Sawmynaden au député Franco Quirin mardi dernier à l’Assemblée Nationale. Le député mauve qui reprenait du service après deux semaines passées en Afrique du Sud dans le cadre de la réunion du parlement Panafricain s’était intéressé à la révocation de Pascal Telvar et voulait savoir dans sa question si le ministère de la Jeunesse et des Sports connaît le présent comité directeur de l’AMB.
Si a aucun moment, le ministre est venu dire si oui ou non son ministère reconnaît le nouveau comité directeur de l’AMB avec Indiren Ramsamy comme président, par contre Yogida Sawmynaden s’est caché derrière le sport pour dire qu’il faut «reach an amicable settlement» à cette affaire. Le ministre s’est aussi caché derrière les «administrative procedures» pour réduire à sa plus simple expression la lettre de son ministre qui soutient que la démarche de la bande de Indiren Ramsamy était illégale. Ce qui devait pousser le député mauve à dire «le ministre est en train de fuir devant la question.»
 «We don’t need to quantify what effort…»
Sur la seconde question du député de la circonscription No 20 qui voulait savoir si des changements ont été effectués dans les allocations du High Level Sports Athlete envers les sportifs pratiquant une discipline olympique et non olympique, nous avons eu droit à ce qu’on appellerait une blague de mauvais goût de la part du ministre. En effet, à une question supplémentaire du député Quirin si le ministre compte revoir cette décision «injuste et qui divise le sport mauricien». Le ministre des Sports avec le brin d’arrogance habituel répondit ceci: «Madam Speaker, Olympic is Olympic! It is governed by the Olympic Body and non-Olympic is non-Olympic. It is just like you have on this side of the House the Government and on the other side the Opposition!». La bande à Fabrice Bauluck et James Agathe appréciera à leur retour à Maurice après les Championnats du Monde.
Dans sa réponse initiale, le ministre a indiqué que pour lui,il est nécessaire de faire une démarcation entre les disciplines olympiques et non olympiques. Yogida Sawmynaden devait préciser dans sa réponse que toutes les fédérations nationales sont affiliées avec leur fédération internationale. «The international sports federations for Olympic Sports are in turn recognised by the International Olympic Committee and they have to strictly adhere to this charter. This is not the case for non-Olympic Federations which have their own respective rules»
Une affirmation pour le moins surprenante de la part du ministre, qui vient aussi affirmer’, dans sa réponse que le nombre de licenciés pour les sports olympiques «significantly higher than those of International Federations for non-Olympic Sports. Consequently, in any major competition, the number of participating countries and athletes are also very much higher in Olympic Sports. In the light of the reasons I have just given, the High-Level Sports Unit of my Ministry has deemed it appropriate to revert to the policy adopted initially.» Pour ensuite donner un tableau comparatif des allocations entre les deux catégories de sportifs.
Faut dire que la différence est criante. Rien que dans la catégorie «World» la réduction pour les non-olympiques est de 50 %. passant de Rs 32 000 et Rs 26 000 à Rs 16 000 et Rs 13 000. Le député mauve devait venir avec une question à Yogida Sawmynaden pour lui demander «comment son ministère a évalué l’effort des athlètes de ces deux catégories avant de prendre une telle décision.»
Réponse du ministre: «We don’t need to quatify what effort has been made or not.»