Dans un communiqué de presse émis hier, le Conseil des Religions dit « condamner fermement et sans hésitation » les actes d’intimidation contre l’Ambassade de France. Ceux-ci ont été reçus, lit-on, « comme une attaque non seulement contre les Français, vivant à Maurice, et contre la République française, mais aussi contre toute personne, sans distinction de nationalité, de profession, de religion, de sexe ou d’âge. Subséquemment, ceci a choqué le pays et laissé plus d’un perplexe ».
C’est ainsi que le Conseil des Religions « rejette toute forme d’extrémisme et de fondamentalisme, quel que soit le type de violence à travers lequel ceux-ci sont exprimés ».
Cette instance, qui oeuvre en faveur du dialogue interreligieux, rappelle que, depuis sa création, elle « accueille la diversité religieuse et culturelle qui prévaut dans notre pays. Le Conseil considère la coopération et le dialogue interreligieux comme un outil inévitable et puissant pour construire l’avenir de notre pays. Dès lors, il a oeuvré en faveur de la paix et de la cohésion sociale entre les citoyens et communautés qui composent la belle et enrichissante pluralité de notre République. Nous sommes convaincus que toutes les religions de Maurice ont une place incontournable dans notre société. Et qu’elles font tout leur possible, au mieux de leurs capacités, pour promouvoir le progrès spirituel et moral de l’homme. » Les membres disent rejoindre toutes les personnes de bonne volonté « pour consolider notre nation arc-en-ciel et renforcer notre vivre ensemble en harmonie ».