Le ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire estime qu’à La Réunion des perspectives d’un marché de 40 000 tonnes de poulet s’offrent à Maurice. C’est ce qu’a affirmé son secrétaire permanent Ram Prakash Nowbuth cette semaine lors de l’Animal Week, une journée portes ouvertes organisée à la Curepipe Livestock Research Station (CLRS).
« Maurice produit environ 65 000 tonnes de viande, dont 45 000 tonnes de poulet, secteur dans lequel elle est autosuffisante. Nous pouvons en exporter vers La Réunion où un marché de 40 000 tonnes existe. Mais il y a des normes à respecter », a déclaré Ram Prakash Nowbuth. Outre l’île Soeur, il y a aussi les Comores qui, avec une population de 500 000 habitants, sont disposées à importer le poulet mauricien.
« Si nous avons réussi dans le secteur du poulet, pourquoi ne pouvons-nous pas atteindre nos objectifs dans la production de lait ? » s’est par ailleurs demandé le secrétaire permanent du ministère de l’Agro-industrie. Il a estimé que les enjeux ne portent pas seulement sur le lait et la viande mais aussi sur les légumes et les fruits. « Nous pouvons, par exemple, envisager la transformation de la pomme de terre avec le soutien de l’État. »
Parlant de la Curepipe Livestock Research Station, Ram Prakash Nowbuth a rappelé qu’à l’époque il y avait de la résistance contre l’annexion de celle-ci à l’Agricultural Research and Extension Unit (AREU). « Il y avait une nécessité de revoir et de redéfinir cet organisme afin de mieux utiliser toutes les compétences du pays », a-t-il fait ressortir.
La Curepipe Livestock Research Station s’étend sur une superficie de huit hectares. Outre l’élevage d’animaux tels le bétail, les moutons, les chèvres et les lapins, des recherches sur différentes variétés de fourrage, sur la pasteurisation de lait, sur les parasites, sur diverses espèces de mouches considérées dangereuses pour les bêtes sont aussi menées dans cette station agricole.