Antoine Kerhuel sj, assistant régional du Père Général des jésuites, est actuellement à Maurice à l’occasion de la célébration du 150e anniversaire de la congrégation des jésuites à Maurice. « Un jubilé ce n’est pas une autocélébration, c’est reconnaître ce qui a été vécu et voir en quoi cela nous aide pour l’avenir sous une forme ou une autre », estime-t-il dans une interview accordée au Mauricien samedi. Pour lui, il ne faut pas se laisser impressionner par l’immensité des problèmes. « Ce n’est pas parce que la tâche est immense qu’on ne peut rien faire », insiste-t-il. Alors qu’il y a 300 ou 400 ans on pouvait s’ignorer les uns les autres, aujourd’hui ce n’est plus possible, dit notre interlocuteur. « Nous sommes profondément ensemble comme enfants de Dieu sur une terre qui nous a été confiée », affirme-t-il.
Vous êtes à Maurice dans le cadre de la célébration du 150e anniversaire de la congrégation des jésuites, pouvez-vous nous en parler ?
Un jubilé est toujours l’occasion de faire mémoire de tout ce qui a été vécu pendant une période de temps et de réfléchir sur l’avenir. Un jubilé ce n’est pas une autocélébration, c’est reconnaître ce qui a été vécu et voir en quoi cela nous aide pour l’avenir sous une forme ou une autre.