Depuis sa naissance, Govind Avatar Karan Tohooloo, 11 ans, a subi plusieurs interventions chirurgicales à cause de malformations au coeur, aux reins, au système d’excrétion et de la vessie. Considéré comme un « enfant miraculé » pour avoir subi toutes ces opérations avec succès, le jeune garçon de Holyrood, à Vacoas, devra bientôt en subir une huitième au Bangalore, en Inde, au coût estimé de Rs 350 000. Une session de prière qui sera aussi une occasion de lever des fonds est prévue ce dimanche à 9 h à la rue Couvent de Lorette, en face du collège Notre Dame, à Curepipe.
C’est en apprenant l’histoire de Govind Avatar Karan Tohooloo, 11 ans, que Prem Bassoodelsing, de l’association socioreligieuse Manav Seva Sangh, a pris l’initiative d’organiser, ce dimanche 8 avril, une session de prière publique en vue d’aider le petit Govind. La prière sera dite par le pandit Ambica Sharma Bhugwant à 9 h à la rue Couvent de Lorette, en face du collège Notre Dame.
« Lorsque M. Bassoodelsing a entendu son histoire, il s’est dit que personne ne peut empêcher cet enfant de vivre. Il veut l’aider à travers cette session de prière et à travers un appel aux dons aux participants de cette activité », explique Vindoomutee Tohooloo, la mère du jeune garçon.
Cette opération de la vessie devrait lui permettre de connaître une vie plus normale et de mettre un terme au port des couches, comme l’explique Mme Tohooloo. Depuis treize mois, Govind Avatar Karan Tohooloo a été contraint de mettre un terme à sa scolarité. « Il est fatigué en raison de son artère artificielle qui doit être changée chaque cinq ans jusqu’à ce qu’il termine sa croissance » confie-t-elle encore.
En tant que mère, Mme Tohooloo dit vouloir que son enfant devienne autonome : « Il a marché à l’âge de 3 ans. Il devra subir des opérations jusqu’à l’âge de 23 ans. Un jour, il deviendra une personne normale et pourra travailler », dit-elle pleine d’espoir. « Ma vie est faite de démarches pour mon fils. Quand il me voit partir pour cette raison tous les matins, il me dit “mama to pe kit mwa tou sel”. Alors, je lui réponds : “c’est parce que je ne veux pas que tu me quittes que je m’en vais faire des démarches pour toi. » Pour Vindoomutee Tohooloo, son fils cadet représente tout pour elle. « Il est tout souriant sur cette photo. Vous ne diriez jamais qu’il est malade et pourtant il est malheureux car il se sent différent. Quand il est né, il n’avait pas d’artère. Je suis tombée à plusieurs reprises quand j’étais enceinte. »
La mère de Govind Avatar Karan Tohooloo explique qu’au vu des nombreuses opérations que son fils a subies, il n’est plus éligible au soutien financier du ministère de la Santé, ni à celui du Fonds de Solidarité national ni à celui des compagnies privées vu qu’elles contribuent déjà au CSR. « Pourquoi l’État n’institue-t-elle pas une école pour les enfants handicapés et malades ? » se demande-t-elle.
Tout don peut être versé sur un des comptes suivants : Mauritius Commercial Bank (Govind Tohooloo) : 00 04 41 29 34 09 ; Mauritius Post and Cooperative Bank (Govind Tohooloo) : 02 00 01 36 41 30 00 01 ; State Bank of Mauritius (Govind Tohooloo) : 01 51 01 00 20 88 34 ; Barclays Bank (A. K Tohooloo) : 17 80 16 08 3.