Pour une bonne nouvelle, c’en est véritablement une pour les milliers de ménages du pays qui utilisent la bonbonne de gaz jaune de douze kilos ou moins. Après plus de deux semaines à galérer autour de l’île pour s’en procurer ces ménages vont pouvoir enfin en trouver ce week-end.

Au sein de la firme Total, importatrice du produit, on laisse entendre que le bateau qui transportait le gaz est enfin arrivé vendredi et que Central Distributors Limited, la firme chargée d’en assurer la distribution, met les bouchées doubles afin que tout se passe le mieux possible pour le réveillon de la St. Sylvestre.

Toutefois, le gaz étant devenu la source d’énergie principale dans les cuisines mauriciennes – après l’abandon, depuis belle lurette, du primitif paquet de bois fi lao, du charbon de bois et même de la plaque électrique –, la situation de pénurie qui a prévalu ces derniers quinze jours a permis de se rendre compte de la vulnérabilité de Maurice et, par extension, de Rodrigues dans le domaine de l’approvisionnement. Certes, dans le cas présent, la firme importatrice a une bonne raison pour justifier le retard. Le bateau-transporteur a effectivement transité à La Réunion où il a été bloqué par l’important mouvement de revendication des Gilets Jaunes. Mais y compris au ministère de l’Industrie, du Commerce et de la Protection des Consommateurs, on ne se le cache pas: il existe également bel et bien un trafic illicite qui a contribué à amplifier le problème. Il faut relever que ce trafic ne concerne pas uniquement les bonbonnes de couleur jaune.

En cause, un certain nombre de garages qui achètent en énorme quantité du gaz ménager pour alimenter les véhicules. Certains de ces garages, avons-nous appris, commandent jusqu’à dix bonbonnes par semaine. Du fait que le gaz ménager est subventionné par l’État et coûte moins cher que celui industriel vendu dans les station-essences, ces garages-fraudeurs réalisent une marge de profi t apparemment assez conséquente.

En tout cas, un marge suffisante pour qu’ils puissent continuer à braver les graves dangers que comporte l’opération de transfert de bonbonne à réservoirs de véhicule. Ce genre d’opération artisanale peut être fatale. Ainsi, un chauffeur de taxi de Stanley, Rose-Hill, a récemment trouvé la mort tout en exposant au passage la vie de ses voisins. D’aucuns pensent que si à l’avenir l’approvisionnement du pays en gaz domestique devrait être définitivement mieux planifié afin que les consommateurs n’aient pas à stresser pour faire bouillir la marmite, il faudra aussi que les autorités s’activent pour traquer ces garagistes-profiteurs dont les activités illégales ne font que rendre la situation des ménages encore plus compliquée.