Suite au décès de Michel de Ravel de L’Argentière, les victimes envisagent d’opter de rediriger leurs plaintes contre les héritiers de ce dernier. C’est ce qui ressort de l’affaire appelée le mardi 9 juillet devant la Cour suprême.

Reconnu coupable d’acte de pédophilie, Michel de Ravel de L’Argentière est décédé la semaine dernière. C’est une tumeur au cerveau qui l’a emporté.

Elles sont une dizaine à avoir entamé  des poursuites et réclamer Rs 5 M chacune.

Pour rappel, cet homme d’affaires avait été reconnu coupable des 21 accusations d’attentat à la pudeur retenues contre lui. Il devait toutefois écoper de cautions de bonne conduite. Suite à ses problèmes de santé, Michel de Ravel de L’Argentière avait alors eu à s’acquitter de cautions de Rs 30 000 et des reconnaissances de dettes à hauteur de Rs 95 000.

Lors de l’appel, les représentants légaux des victimes, Me Yanilla Moonshiram et l’avouée Komadhi Mardemootoo, ont demandé un renvoi pour revoir leur position après le décès de de l’accusé.  L’affaire sera appelée à nouveau le 3 octobre.

Ce qui s’est passé…

Michel de Ravel de L’Argentière avait été arrêté le 29 juin 2012 suite aux plaintes des victimes, qui ont désormais entre 21 et 27 ans. La plus jeune avait 4 ans au moment des faits. Les attouchements avaient été commis de 1980 à 2004, rapportent-elles. Ce dernier est un ami de la famille des victimes. Sur certaines, les attouchements ont eu lieu à plusieurs reprises.

Un appel avait été fait par le DPP le 26 avril de cet année pour contrer la décision de la Cour d’accorder à Michel de Ravel de L’Argentière la liberté conditionnelle.